Passer au contenu principal

Des incidents judiciaires font trembler Monaco

L’ouverture d’une information judiciaire pour «trafic d’influence» redistribue les cartes dans le dossier Bouvier.

L’ex-directeur des services judiciaires, Philippe Narmino, a été placé en garde à vue un certain temps la semaine dernière.
L’ex-directeur des services judiciaires, Philippe Narmino, a été placé en garde à vue un certain temps la semaine dernière.
Eric Gaillard

On parle désormais de «Monacogate». Le placement en garde à vue vendredi dernier de l’ex-directeur des services judiciaires, Philippe Narmino, s’ajoutant à l’ouverture d’une information judiciaire contre X pour «trafic d’influence», ont retenti comme un coup de tonnerre sur le Rocher. Tout comme les perquisitions effectuées dans le bureau et le domicile du ministre de la Justice.

Les cartes sont redistribuées dans le contentieux judiciaire opposant depuis 2015 l’oligarque Dmitri Rybolovlev au marchand d’art genevois Yves Bouvier. La proie devient en quelque sorte le chasseur. La défense du Suisse dénonce la manipulation d’un dossier d’escroquerie. Celui-ci aurait été monté de toutes pièces autour de l’acquisition de 37 toiles de maître, pour un total de 2 milliards d’euros.

Les révélations sur les SMS embarrassants, échangés entre l’avocate du Russe, Tetiana Bersheda, et trois policiers de la Sûreté publique commencent début septembre à fragiliser l’édifice. Puis la deuxième salve vient le 14. Une enquête du quotidien Le Monde décrit l’intimité des relations du Russe avec le directeur des services judiciaires, qui démissionne le même jour.

On apprend que Rybolovlev aurait notamment invité le couple Narmino à passer un week-end dans son chalet de Gstaad, à quelques jours de l’arrestation d’Yves Bouvier. Ce dernier est interpellé le 25 février 2015 aux portes de l’immeuble Belle époque. Le domicile monégasque de Rybolovlev devient l’épicentre du scandale.

Provenance des révélations

Deux jours auparavant, Tetiana Bersheda a procédé en effet à l’enregistrement d’une conversation à l’insu de Tania Rappo, l’intermédiaire de Bouvier sur le Rocher. Celle-ci dépose plainte. Cette information judiciaire incidente est à l’origine des récentes révélations.

Que s’est-il passé vendredi pour que se précipite l’audition de Philippe Narmino? Depuis le début du mois de septembre, le prince Albert a sur son bureau deux séries de transcriptions de SMS. Elles résultent d’une première expertise opérée par le juge d’instruction Edouard Levrault sur le téléphone portable de Tetiana Bersheda. Trois hauts policiers monégasques et Philippe Narmino figurent au casting.

Nous pouvons révéler qu’une deuxième expertise est en cours. Elle est ordonnée par le juge Morgan Reymond qui gère, lui, le dossier principal dit «dossier Bouvier». Environ 50 000 autres messages SMS, e-mails et snapchat sont concernés.

De nouveaux acteurs devraient entrer en scène. Le prince Albert, provisoirement maître de la Justice du Rocher dans l’attente de la prise de fonction du nouveau directeur des services judiciaires, Laurent Anselmi, a donc validé lui-même le communiqué diffusé vendredi par le Parquet faisant état «de l’existence de possibles atteintes à la probité».

Absence remarquée

Une énigme demeure: pourquoi libérer Philippe Narmino à l’issue de sa garde à vue, différant de fait la comparution devant le juge d’instruction? «Je m’étonne de l’absence d’inculpation et de contrôle judiciaire, seule mesure susceptible d’éviter une concertation entre les mis en cause», déplore Me Frank Michel, l’avocat d’Yves Bouvier.

En première ligne, Tetiana Bersheda s’est subitement absentée du Rocher pour se rendre à Londres dès mercredi. Elle devait pourtant participer le 21 septembre à un gala en sa qualité de présidente de l’Association des amis des ballets de Monaco. Son absence fut remarquée. Quant à Dmitri Rybolovlev, il se trouverait à Los Angeles.

Malgré nos sollicitations nous n’avions obtenu dimanche soir aucune réaction de Tetiana Bersheda à ces spectaculaires rebondissements.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.