Passer au contenu principal

L’inquiétante omerta des détaillants sur le plastique

Une étude de Greenpeace prouve que les enseignes suisses prônent le flou quant à leur consommation d’emballage plastique.

Selon Greenpeace, les détaillants suisses ne montrent pas de volonté de diminuer leur consommation d'emballages en plastique.
Selon Greenpeace, les détaillants suisses ne montrent pas de volonté de diminuer leur consommation d'emballages en plastique.
JmC

Depuis le début de l’année, la problématique «plastique» affole la planète. Les images et études montrant les dégâts que cette matière engendre sur notre écosystème se multiplient et réveillent peu à peu les consciences.

À Bali, lors d’un sommet mondial en février 2017, une campagne démarrait pour pousser gouvernements et industriels à repenser totalement leur manière d’emballer les produits. «Nous avons joué le rôle de spectateur pendant trop longtemps et le problème n’a fait que s’aggraver. Cela doit cesser!» estimait alors Erik Solheim, le directeur de l’ONU Environnement.

Cet éveil ne semble malheureusement pas concerner la grande distribution suisse au vu des conclusions tirées d’une étude de Greenpeace. Par l’entremise d’un questionnaire, envoyé cet été aux grands distributeurs suisses (Migros, Coop, Manor, Aldi, Lidl, Volg, Spar, etc.), l’ONG a voulu déterminer la quantité de plastique consommée par ces enseignes. Les conclusions sont regrettables. «Les détaillants refusent la transparence sur leur empreinte en matière de plastique et d’emballages», confirme Greenpeace.

Craintes de dégâts d’image

Un résultat similaire à nos propres recherches menées au printemps dernier. L’omerta était en effet totale sur cette question. «Nous ne collectons pas ces chiffres», prétendait Andrea Bergmann, porte-parole de Coop. Pourtant ce dernier pouvait nous assurer que, depuis 2012, l’enseigne était parvenue à économiser quelque 2675 tonnes d’emballages.

Comme l’explique Greenpeace, ce manque de transparence laisse entendre que la consommation de plastique a explosé ces dernières années et suppose une vraie crainte pour leur image par les grands détaillants.

L’ONG s’inquiète encore du manque d’ambitions des détaillants à vouloir optimiser leurs emballages et non pas réduire leur consommation en plastique. «Aucun ne s’est donné des objectifs globaux de réduction si ce n’est Lidl qui entend réduire de 20% le pourcentage de plastique dans les emballages d’ici 2025», selon Greenpeace.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.