Passer au contenu principal

Les investisseurs saluent la décision de Nestlé

Mercredi, le géant alimentaire vaudois a annoncé qu'il prévoyait de se séparer d'activités dans la confiserie aux Etats-Unis.

La revue stratégique, que Nestlé espère boucler d'ici la fin de l'année, concerne un portefeuille de marques locales, dont les barres chocolatées Butterfinger (photo) et les bonbons Nerds. Il comprend aussi la maque de chocolat Crunch, distribuée elle à l'international.
La revue stratégique, que Nestlé espère boucler d'ici la fin de l'année, concerne un portefeuille de marques locales, dont les barres chocolatées Butterfinger (photo) et les bonbons Nerds. Il comprend aussi la maque de chocolat Crunch, distribuée elle à l'international.
Keystone

Les investisseurs réagissaient favorablement au lendemain de l'annonce de Nestlé d'éventuellement céder ses activités de confiseries aux Etats-Unis. A la mi-journée à la Bourse suisse, le titre du géant veveysan de l'alimentation s'envolait de plus de 2%.

Vers 11h45 vendredi, l'action du numéro un mondial de l'alimentation, bondissait de 2,04% par rapport à la clôture de la veille, à 82,65 francs. L'envol du titre Nestlé venait soutenir l'indice Swiss Market Index (SMI) des valeurs vedettes, lequel progressait dans le même temps de 0,99% à quelque 8946 points.

Jeudi après la clôture des marchés, le groupe établi à Vevey, qui produit et commercialise notamment les marques Nespresso, Nescafé ou encore Maggi a annoncé qu'il entend évaluer les options stratégiques pour ses activités de confiserie aux Etats-Unis. Parmi les hypothèses retenues figure une éventuelle cession.

La décision a été interprétée par les investisseurs à la lumière des récents changements dans son état-major. En janvier, Nestlé a confié les rênes de l'entreprise à Ulf Mark Schneider, l'ancien patron du groupe allemand de santé Fresenius.

Nouveau patron, nouvelle ère

Une nomination qui s'est inscrite en rupture avec la tradition voulant que le directeur général soit habituellement recruté à l'interne. «La confiserie aux Etats-Unis est un excellent choix pour un premier changement significatif de la part du nouveau directeur général», a réagi Andreas von Arx, analyste chez Baader Helvea, dans un commentaire boursier repris par l'AFP.

L'analyste a jugé que le moment était bien choisi alors que de grands mouvements semblent se profiler dans le secteur. «Nestlé devrait (facilement) trouver des parties intéressées», a-t-il jugé, évoquant notamment Mondelez, Hershey ou Kraft Heinz comme potentiels repreneurs.

Nestlé pourrait ainsi sortir d'un segment sur lequel il perdait des parts de marché, dans une catégorie de plus en plus remise en question. Les consommateurs se détournent de produits jugés mauvais pour la santé.

Cette décision sur la confiserie aux Etats-Unis ouvre également la question des prochaines marques ou activités qui pourraient elles aussi faire l'objet d'une revue stratégique, a de son côté pointé Jean-Philippe Bertschy, analyste chez Vontobel. Jugeant la décision «excellente», l'expert estime qu'elle pourrait marquer «le début d'une nouvelle ère pour Nestlé».

Chocolat Crunch

Cette revue stratégique, que Nestlé espère boucler d'ici la fin de l'année, concerne un portefeuille de marques locales, dont les barres chocolatées Butterfinger et les bonbons Nerds. Il comprend aussi la maque de chocolat Crunch, distribuée elle à l'international.

L'an passé, le chiffre d'affaires généré par ces activités de confiserie aux Etats-Unis avoisinait 900 millions de francs. A l'image de ses concurrents, Nestlé n'a pas été épargné par le climat de consommation morose dans les pays développés, ni par le ralentissement dans les pays émergents.

En février, Ulf Mark Schneider avait revu à la baisse les objectifs de Nestlé, visant une croissance organique de l'ordre de 2 à 4%. Le groupe ne parvenait plus depuis quatre ans à atteindre la barre des 5 à 6% qu'il se fixait habituellement.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.