«J'appelle tout le monde à ranimer la confiance»

WEF 2019Le premier ministre japonais s'est exprimé mercredi devant les dirigeants présents au Forum économique de Davos, aux Grisons.

Le premier ministre japonais s'est exprimé mercredi, à Davos (GR).

Le premier ministre japonais s'est exprimé mercredi, à Davos (GR). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Devant l'élite économique mondiale réunie mercredi à Davos, le premier ministre japonais Shinzo Abe a appelé mercredi le monde à ranimer la confiance dans le système commercial international. Les discours d'Angela Merkel ou du vice-président chinois Wang Qisha sont attendus dans l'après-midi.

«J'appelle tout le monde à ranimer la confiance dans le système du commerce international», a dit Shinzo Abe au Forum économique mondial (WEF) de Davos, estimant que l'Europe, le Japon et les Etats-Unis devaient «unir leurs forces» pour réviser les règles du libre-échange.

Le premier ministre, dont le pays préside cette année le G20, veut saisir cette occasion pour «retrouver l'optimisme», ce alors que l'ambiance à Davos est nettement plombée par le ralentissement de l'économie mondiale, les frictions commerciales et la montée des populismes, sur fond d'inégalités toujours plus fortes.

La Chine scrutée

Le discours dans l'après-midi du vice-président chinois Wang Qishan sera certainement disséqué par les experts, à la recherche de toute indication sur la politique qu'entend mener Pékin face à l'essoufflement de son économique.

Il serait par ailleurs surprenant que ce haut responsable n'évoque pas, au moins en termes généraux, le sujet du commerce. Les négociations en cours avec Washington pour accoucher d'un accord commercial restent un sujet d'inquiétude majeur des marchés.

La Chine est au coeur d'une autre affaire diplomatico-économique d'envergure internationale, autour du géant des télécommunications Huawei. Pékin a accusé mercredi les Etats-Unis de «brimade» après la confirmation par les autorités américaines qu'elles demanderaient bien l'extradition de la directrice financière du groupe, en liberté surveillée au Canada.

Si l'accès de Huawei à certains marchés est entravé et que les clients commencent à se détourner, «nous allons transférer nos partenariats technologiques dans des pays où nous sommes les bienvenus et où l'on peut collaborer», a menacé son président Liang Hua depuis Davos.

Discours d'Angela Merkel

Autres intervenants prévus mercredi dans le cadre huppé et ultra-protégé de la station de ski, où se pressent environ 3000 représentants de la fine fleur de l'économie mondiale: la chancelière Angela Merkel, les Premiers ministres italien et espagnol, le Premier ministre éthiopien et le président sud-africain.

Reste à savoir s'ils parviendront à animer un Forum économique mondial qui est, de l'avis général, moins spectaculaire de l'an dernier.

Donald Trump et Emmanuel Macron avaient capté toute l'attention en 2018. Tous deux sèchent l'édition 2019, l'un pour cause de «shutdown», l'autre en pleine contestation des «gilets jaunes.» Quant à Theresa May, elle est restée à Londres pour gérer la crise du «Brexit».

Le Royaume-Uni reste «ouvert pour les affaires» («open for business) a assuré à Davos le ministre au Commerce extérieur Liam Fox dans une interview à l'AFP, alors que le fleuron japonais de l'électronique Sony a décidé de déménager son siège européen depuis la Grande-Bretagne vers les Pays-Bas.

Londres s'offre à Davos une gigantesque affiche clamant que «le libre-échange, c'est super», une initiative qui suscite nombre de commentaires ironiques des banquiers et autres entrepreneurs.

»Manque de souffle«

«Le business est mondial mais les problèmes sociaux et les réponses sont locaux, nationaux», résume Alain Roumilhac, président de Manpower France, en constatant que cette année la grand-messe de la mondialisation «manque de souffle».

«Il n'y a rien de neuf, rien de provoquant. Le réchauffement climatique, l'intelligence artificielle, ce n'est pas nouveau, mais que se passe-t-il concrètement?», dit un banquier européen, croisé dans le funiculaire desservant l'un des hôtels où, dans les salons privés, se négocient nombre de transactions.

Plus amer, le secrétaire général d'Amnesty International Kumi Naidoo se demande, comme nombre d'activistes invités par les organisateurs, à quoi sert leur présence. «A Davos, c'est comme si l'on rangeait les chaises longues sur le pont du Titanic pendant que l'humanité coule», a-t-il dit à l'AFP. (ats/nxp)

Créé: 23.01.2019, 14h36

Articles en relation

Davos: Viola Amherd visite pour la 1ère fois une troupe

WEF 2019 La conseillère fédérale valaisanne en charge de la Défense a rencontré une troupe d'infanterie de montagne au-dessus de Davos. Plus...

Greta Thunberg est arrivée à Davos

WEF 2019 Greta Thunberg est devenue célèbre pour son action hebdomadaire devant le parlement de Stockholm avec sa pancarte proclamant: «grève de l'école pour le climat». Plus...

La Maison Suisse a été inaugurée au WEF

Davos Ueli Maurer et Ignazio Cassis ont officiellement inauguré la Maison Suisse mardi à Davos. Alain Berset et Guy Parmelin étaient également présents. Plus...

Ueli Maurer rencontre des ministres des finances

WEF Le président de la Confédération Ueli Maurer a officiellement ouvert mardi le 49e Forum économique mondial (WEF) de Davos. Plus...

John Kerry à Donald Trump: «Démissionnez !»

WEF «Démissionnez !» a lancé ce mardi depuis Davos l'ex-secrétaire d'Etat John Kerry, qui n'a pas exclu une nouvelle candidature à la Maison Blanche en 2020. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.