«Nous n'avons jamais été traités comme ça»

FranceLe patron d'Airbus Group n'a pas apprécié que Varsovie annule une commande d'une cinquantaine d'hélicoptères.

Tom Enders, patron d'Airbus Group.

Tom Enders, patron d'Airbus Group. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tom Enders s'en est pris violemment mardi au gouvernement polonais qui a rompu les négociations exclusives concernant l'éventuelle acquisition de 50 hélicoptères Caracal. Airbus n'a «jamais été traité comme ça» et va «demander réparation», a-t-il affirmé.

Cette déclaration intervient au moment où le gouvernement polonais a annoncé mardi l'achat d'au moins 21 hélicoptères américains Black Hawk. «Nous n'avons jamais été traités comme ça par un gouvernement client comme nous l'avons été par ce gouvernement» polonais, a-t-il indiqué dans une déclaration obtenue par l'AFP.

«Nous allons demander réparation», a-t-il ajouté, déplorant d'avoir «l'impression d'avoir été menés en bateau pendant des mois par l'actuel gouvernement polonais.»

«Airbus voulait vraiment investir en Pologne et nous voulions contribuer à la création d'une industrie aérospatiale compétitive dans ce pays. Mais le gouvernement polonais nous a claqué la porte au nez. Nous en prenons bonne note», a-t-il regretté.

Controverses

Airbus avait auparavant formellement réfuté les raisons avancées par la Pologne concernant la rupture des négociations exclusives sur les hélicoptères Caracal, dans une lettre ouverte du PDG d'Airbus Helicopters, Guillaume Faury, mardi à la Première ministre polonaise Beata Szydlo.

Dans sa déclaration, Tom Enders a renchéri en affirmant que «les déclarations controversées et contradictoires du gouvernement polonais au cours du processus d'appel d'offres ont créé le sentiment d'une confusion sans précédent».

Le gouvernement polonais a accusé l'avionneur européen Airbus d'être à l'origine de l'abandon du contrat sur les hélicoptères multirôles, en lui reprochant de ne pas avoir répondu aux propositions polonaises lors des négociations sur les investissements compensatoires (offset).

Coup de froid diplomatique

«Cette confusion a été accrue par les dernières déclarations du gouvernement polonais concernant l'acquisition d'hélicoptères de la part de groupes qui avaient décidé de présenter des offres non-conformes à l'appel d'offres et avaient été disqualifiés», a martelé Tom Enders, dans cette réaction d'une rare véhémence de la part d'un industriel à l'encontre d'un gouvernement.

Le patron d'Airbus Group vise l'américain Lockheed Martin, auquel Varsovie va acheter les 21 hélicoptères Black Hawk. Dès lundi, soit moins d'une semaine après la rupture des négociations avec Airbus par Varsovie, le gouvernement polonais avait annoncé son intention d'acheter ces appareils américains pour équiper ses forces spéciales.

L'affaire a pris une tournure diplomatique avec un coup de froid sur les relations entre Paris et Varsovie. Le président français François Hollande a reporté sa visite prévue sur place jeudi. (ats/nxp)

Créé: 11.10.2016, 14h57

Articles en relation

Airbus réduit la production de l'A 380

Aéronautique Selon Le Figaro, le carnet de commandes ne serait pas assez fourni. Plus...

Airbus Group se réorganise à l'interne

Aéronautique Le groupe va fusionner sa branche d'aviation commerciale. Plus...

Les subventions versées à Airbus étaient illégales

OMC Les Etats-Unis pourraient demander jusqu'à 10 milliards de dollars par an en compensation. Plus...

Airbus prépare un plan de restructuration

Aéronautique Le patron d'Airbus Group, Tom Enders, a refusé d'exclure la piste des réductions d'effectifs, en réponse à des informations du Financial Times de lundi. Plus...

Airbus vend 40 appareils au Vietnam

Aéronautique Trois compagnies aériennes vietnamiennes se seraient engagées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...