Passer au contenu principal

La justice acquitte un employé de Schindler

Trois accusés d'une autre société de maintenance ont en revanche écopé de 14 à 18 mois de prison avec sursis. Ils étaient alors responsables du contrôle de l'ascenseur.

Les enquêteurs japonais avaient perquisitionné les locaux de Schindler Elevator K.K à Nagoya en novembre 2012.
Les enquêteurs japonais avaient perquisitionné les locaux de Schindler Elevator K.K à Nagoya en novembre 2012.
Keystone

Schindler indique mardi que la justice japonaise a acquitté un de ses employés dans le cadre d'un accident mortel survenu dans l'un de ses élévateurs. L'incident s'est déroulé à Takeshiba, il y a plus de neuf ans.

La décision du tribunal de Tokyo met fin à une longue procédure judiciaire, souligne le fabricant d'ascenseurs et d'escaliers roulant dans un communiqué.

Trois accusés d'une autre société de maintenance ont écopé de 14 à 18 mois de prison avec sursis. Ils étaient alors responsables du contrôle de l'ascenseur.

«L'employé incriminé oeuvre toujours pour Schindler», a indiqué à l'ats Barbara Schmidhauser, porte-parole de la firme lucernoise. Il a plaidé non coupable avec un autre employé de Schindler décédé entre-temps.

Vice de conception exclu

Agée de 16 ans, la victime a succombé à ses blessures. Elle sortait d'un ascenseur avec son vélo au douzième étage lorsque l'installation s'était remise en marche, malgré les portes encore ouvertes.

Sous les feux des critiques en raison d'excuses publiques tardives, Schindler avait vu sa crédibilité ainsi que ses affaires longtemps pâtir au Japon en conséquence du drame. L'entreprise avait cependant exclu tout vice de conception.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.