Passer au contenu principal

La justice turque enquête contre Novartis

Des accusations de corruption pèsent contre la firme bâloise. Contactée par nos soins, sa direction les dément en bloc et nous explique leur provenance.

Le siège Novartis à Bâle.
Le siège Novartis à Bâle.
Keystone

Le Ministère public d'Ankara a ouvert une information judiciaire pour des soupçons de corruption concernant le géant pharmaceutique suisse Novartis, a indiqué hier l'agence de presse progouvernementale Anatolie. Cette décision aurait été prise après la publication d’informations au sujet de la firme bâloise dans la presse turque, cette semaine. Selon les accusations Novartis aurait, par l’entreprise d’une société de conseil, versé des pots-de-vin d'un montant de 85 millions de dollars (82,6 millions de francs) à des agents du ministère turc de la santé. L’objectif étant d’accroître, « de façon déloyale », ses parts de marché, selon la presse turque citée par Anatolie et l’AFP. Contacté par nos soins, le leader mondial de l’industrie pharmaceutique dément ces assertions.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.