Passer au contenu principal

Las Vegas au cœur des nouvelles technologies

En une décennie, le Consumer Electronic Show a connu un essor considérable. Sa 52e édition ouvre ses portes mardi.

Les derniers préparatifs sont en cours à Las Vegas avant l’ouverture, mardi, du Consumer Electronic Show.
Les derniers préparatifs sont en cours à Las Vegas avant l’ouverture, mardi, du Consumer Electronic Show.
Reuters

Les Fêtes à peine terminées, des dizaines de milliers de personnes s’envolent chaque année, au début du mois de janvier, pour Las Vegas. Non pas pour aller flamber sur les tables des casinos, mais bien pour assister au Consumer Electronics Show (CES), cette grand-messe dédiée aux nouvelles technologies qui, cette année, ouvrira ses portes de mardi à vendredi.

Inventeurs de tout poil, représentants de grandes marques internationales, patrons de start-up, investisseurs… L’ensemble de la «planète techno» se retrouve dans la ville américaine, transformée en scène mondiale des nouvelles technologies durant quelques jours.

Une affluence croissante

Déjà vieux de 51 printemps, ce salon a pris énormément d’ampleur au cours de la dernière décennie, passant de 2700 exposants en 2007 à 3900 l’année passée. Quant au nombre de visiteurs professionnels, il est passé de 150 000 à 170 000 durant la même période. Cet essor est logiquement à lier à celui des technologies dans notre société. Aux écrans de télévision, aux radios et aux ordinateurs se sont rajoutés de multiples gadgets au succès croissant tels que les drones, les robots et un panel, chaque jour plus vaste, d’objets connectés.

Pour les grandes marques, l’événement est désormais incontournable, comme le confirme Ben Starkie, porte-parole de Logitech. «Depuis 2004, nous nous rendons chaque année à ce salon qui n’a effectivement cessé de grandir. Tant que des entreprises pourront y partager leurs innovations et y rencontrer leurs partenaires et clients, le CES demeurera une bonne façon de commencer l’année», explique-t-il. À noter que pour cette édition, le fabricant vaudois de périphériques informatiques a vu cinq de ses produits sélectionnés pour un prix de l’innovation.

De plus en plus de start-up

Mais le salon ne se limite pas à la seule présentation de nouveaux produits. De nombreuses start-up font également le déplacement pour profiter de la présence des gros acteurs de leur branche et tenter d’y faire des affaires. La France, notamment, a décidé ces dernières années de miser en force sur la manifestation américaine. Chaque année, le nombre de participants y augmente à tel point qu’elle compte désormais la 2e plus importante délégation, juste derrière celle des États-Unis.

En comparaison avec les 320 start-up françaises qui s’installeront dans les allées du CES 2018, la participation suisse apparaît très modeste. Seules six jeunes pousses sont par exemple évoquées par le site startupticker.ch. La présence à Las Vegas de BestMile, ce spin-off en vue de l’EPFL qui développe des systèmes de gestion de flottes de véhicules autonomes, était toutefois également annoncée par Bilan. «Nous serons présents au CES sur le stand d’un de nos partenaires américains, Local Motors (ndlr: un constructeur de véhicules autonomes). Cette stratégie de partenariat est un avantage car elle nous permet d’avoir un meilleur emplacement, mais aussi de montrer un cas d’application concret et visuel de notre technologie», expliquait au journal économique son CEO, Raphaël Gindrat. Ce dernier y lançait d’ailleurs un appel à la création d’un pavillon suisse, en référence notamment à l’exemple de la France.

Constructeur automobile

Parmi les arrivées les plus marquantes au cours des 3 ou 4 dernières années: l’arrivée au salon des constructeurs automobiles. Conduite autonome, propulsion électrique, écran de bord ultraconnecté… Les révolutions touchant cette industrie s’enchaînent, transformant les voitures en bijou technologique.

La présence des grandes marques, telles que Renault-Nissan, Toyota, Hyundai ou encore Ford, BMW et Mercedes, est désormais telle que la presse automobile américaine s’est amusée à rebaptiser le CES «Car Electronics Show».

Le salon de Vegas fait d’ailleurs de plus en plus d’ombre au salon de Detroit, qui ouvrira ses portes dans la foulée du CES (du 13 au 28 janvier). Signe irréfutable de cette tendance: le discours d’ouverture du salon sera tenu par le PDG de Ford, Jim Hackett.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.