Légère baisse du taux de chômage en Suisse romande

Marché du travailLe taux de chômage s'est légèrement tassé en Suisse romande et au Tessin en février, alors qu'il stagnait à 3,2% en Suisse alémanique.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A la fin de la période sous revue, 161'417 personnes étaient inscrites au chômage en février auprès des offices régionaux de placement (ORP), soit 2227 de moins qu'en janvier.

Alors qu'il stagnait à 3,2% en Suisse alémanique, le taux de chômage s'est légèrement tassé en Suisse romande et au Tessin en février. Il est passé de 5,3% en janvier à 5,1%, un pourcentage qui n'en reste pas moins supérieur à la moyenne nationale (3,7%).

C'est le canton de Neuchâtel qui conserve le bonnet d'âne à l'échelle suisse, avec un taux de chômage stable à 6,4%, a précisé mardi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) dans un communiqué. Suivent Genève (5,7% contre 5,8%), le Valais (5,4% contre 5,9%) et Vaud (5,4% contre 5,5%).

Fribourg bon élève

A l'inverse, Fribourg est le seul canton romand à enregistrer un taux plus bas que la moyenne helvétique (3,5% contre 3,7% en janvier). Quant au Jura et au Tessin, ils connaissent tous deux des valeurs stables en rythme mensuel (4,9% et 4,4%).

Côté alémanique, les cantons très urbanisés de Zurich et Bâle-Ville sont à nouveau les seuls à présenter un taux supérieur à la moyenne nationale. Le premier affiche 4% - soit le même taux qu'en janvier-, contre 4,3% pour le second - qui affichait 4,2% un mois plus tôt.

Avec 1,2% chacun (contre respectivement 1,1% et 1,3% en janvier), Obwald et Nidwald sont les deux cantons du pays les moins durement frappés par le chômage. Appenzell Rhodes-Intérieures enregistre pour sa part une légère baisse à 1,3% (contre 1,4%).

Les jeunes en dessous de la moyenne

A l'image du chômage global, celui des jeunes de 15 à 24 ans s'est contracté entre janvier et février 2016: il est passé à 20'491 individus, ce qui correspond à une baisse de 3,3%. Le taux correspondant à cette catégorie se situe désormais en dessous de la moyenne, à 3,6%.

Les autres tranches d'âge prises en considération, à savoir les 25-49 ans et les 50 ans et plus, ont toutes deux vu leurs taux stagner d'un mois à l'autre. En février, ils se situaient respectivement à 4% et à 3,3%.

Pas de changement non plus en ce qui concerne les taux de chômage des femmes (3,4%) et des hommes (4,1%). Par contre, aussi bien les Suisses que les étrangers ont profité d'une contraction, respectivement à 2,5% (contre 2,6%) et à 7,4% (contre 7,6%).

Moins de chômage partiel

Contrairement au nombre de chômeurs, le nombre global des demandeurs d'emploi inscrits - qui réunit les chômeurs mais également les personnes suivant une formation ou bénéficiant de gains intermédiaires et de programmes d'emploi temporaire - a crû en rythme mensuel. Ils étaient 222'888 en février ( 137). Egalement en hausse, le nombre de places vacantes annoncées aux ORP atteignait 10'645 ( 1254) durant le mois sous revue.

Pour ce qui est du chômage partiel, le SECO relève qu'en décembre 2015, il s'est contracté de près de 30% par rapport à novembre et a touché 4497 travailleurs. Quelque 490 entreprises (-19,8%) ont eu recours aux réductions de l'horaire de travail, pour un total de 258'788 heures perdues (-30,9%).

Du côté des personnes arrivées en fin de droit, les données provisoires fournies par les caisses de chômage permettent d'estimer à 3883 leur nombre en décembre.

Un SECO soulagé

Ces résultats sont certes légèrement meilleurs qu'attendu, a commenté Boris Zürcher, le chef de la Direction du travail du SECO, lors d'une conférence téléphonique. Reste que le recul observé en rythme mensuel s'explique avant tout par des effets saisonniers. La météo clémente a notamment dopé l'emploi dans le secteur de la construction.

En comparaison pluriannuelle, la morosité ambiante ressort néanmoins de façon claire: il faut remonter à février 2010 (et ses 4%) pour trouver un taux de chômage plus élevé durant le même mois. Pour l'ensemble de l'année en cours, le SECO table sur une moyenne de 3,6%, contre 3,3% en 2015. (ats/nxp)

Créé: 08.03.2016, 12h01

Articles en relation

Des sans-emploi sèment le trouble dans les rues

Tunisie La police a fait usage jeudi de gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants, au troisième jour de protestations pour dénoncer le chômage. Plus...

Le chômage ne progresse guère depuis un an malgré le choc du franc fort

Canton de Vaud Alors que le taux grimpe de 3,4% à 3,7% dans le pays entre novembre et décembre 2015, celui du canton de Vaud n'évolue que de 0,1 point à 5,2%. C'est une bonne surprise Explications. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.