Passer au contenu principal

Liste grise: un pas de plus vers le retrait de la Suisse

Les experts européens recommandent de rayer la Suisse de la liste grise des paradis fiscaux le 10 octobre prochain.

Les ambassadeurs européens doivent encore donner leur accord pour le retrait de la Suisse de la liste grise.
Les ambassadeurs européens doivent encore donner leur accord pour le retrait de la Suisse de la liste grise.

La Suisse doit être retirée de la liste grise européenne des paradis fiscaux en octobre. Telle est la recommandation émise vendredi à Bruxelles par le groupe d'experts européens en charge des thématiques fiscales.

Le 19 mai, jour des votations sur la réforme de l'imposition des entreprises, le président de la Confédération Ueli Maurer avait encore réclamé que la Suisse soit rayée de la liste grise européenne «le plus rapidement possible».

L'Union européenne (UE) avait cependant pris son temps. Vendredi, les experts ont enfin fait la recommandation tant attendue: la Suisse devrait être retirée de la liste grise, a indiqué à Keystone-ATS un connaisseur du dossier.

Avant que les ministres des Finances européens raient définitivement la Suisse de la fameuse liste lors de leur rencontre du 10 octobre à Bruxelles, les ambassadeurs européens doivent encore donner leur accord.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.