La liste noire des paradis fiscaux se renouvelle

Union européenneLes ministres des Finances de l'Union européenne (UE) ont ajouté mardi trois pays à leur «liste noire» de paradis fiscaux. Trois autres en ont été retirés.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A la suite de ce chamboulement au solde nul qui était attendu - trois départs contre trois arrivées -, le nombre de pays sur cette liste noire devrait rester à neuf.

Ont été ajoutés Saint-Christophe-et-Niévès, les Bahamas et les îles Vierges des Etats-Unis, lors d'une réunion des 28 ministres des Finances de l'UE mardi dans la capitale belge.

Ces trois pays faisaient partie de huit juridictions situées dans les Caraïbes, dévastées par les ouragans en septembre 2017, qui avaient bénéficié d'un sursis pour donner des engagements de bonne conduite en matière fiscale à l'UE, en raison de leur situation difficile.

Parallèlement, lors de la même réunion ministérielle mardi, trois pays, initialement sur la liste noire, en ont été retirés : Bahreïn, les îles Marshall et Sainte-Lucie. Ils se retrouvent sur la «liste grise» des pays ayant pris des engagements de bonne conduite en matière fiscale qui feront l'objet d'un suivi.

Outre les trois nouveaux pays des Caraïbes, se trouvent sur la liste noire : Guam, la Namibie, Palaos, les Samoa, les Samoa américaines et Trinité-et-Tobago, donc neuf au total.

17 pays au départ

La liste noire de l'UE, adoptée le 5 décembre 2017 - une première dans l'histoire de l'Union - contenait au départ 17 pays.

Mais elle avait déjà été réduite de moitié le 23 janvier, huit pays, dont le Panama, ayant fourni des engagements de bonne conduite et étant transférés sur la liste grise. Cette réduction, particulièrement le retrait du Panama, avait provoqué l'indignation de nombreuses ONG.

L'adoption de cette liste avait été entreprise dans le sillage d'une série de scandales d'évasion fiscale : «LuxLeaks» fin 2014, «Panama Papers» en avril 2016 et «Paradise Papers» en novembre 2017.

D'ici la fin de l'année, il sera décidé si les pays sur la liste grise retournent sur la liste noire, en cas de manquement aux engagements réclamés. (ats/nxp)

Créé: 13.03.2018, 12h49

Articles en relation

Madère, l'«île aux fleurs» aux mille et un charmes

Paid Post Surnommée aussi «la Perle de l'Atlantique», Madère est un véritable paradis subtropical, composé de forêts, de vallées verdoyantes ainsi que de fascinantes chutes d'eau, sans parler de la diversité de fleurs et plantes que l'on peut y découvrir. Plus...

Paradis fiscaux: Bruxelles maltraite encore la Suisse

Pression Mardi, le Panama et Macao devraient rejoindre la Suisse sur la liste grise des paradis fiscaux de l’Union européenne. Plus...

Paradis fiscaux: la Suisse en fait déjà suffisamment

Conseil national Comme le Conseil fédéral, le National préfère connaître l'impact des mesures déjà prises pour lutter contre les sociétés offshore et ne compte pas s'engager sans coordination internationale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des parents et des enfants séparés par le rêve américain, paru le 19 juin
(Image: Bénédicte) Plus...