Passer au contenu principal

BrexitLondres reste la première place financière du monde

La capitale britannique a creusé son avantage par rapport à New York et Hong Kong. En attendant que le Brexit ne déploie ses effets.

Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)
Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)
Keystone
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)
AFP
Le Parlement britannique va se prononcer sur la tenue d'élections législatives anticipées, prévues le 8 juin. (Mercredi 19 avril 2017)
Le Parlement britannique va se prononcer sur la tenue d'élections législatives anticipées, prévues le 8 juin. (Mercredi 19 avril 2017)
AFP
1 / 150

Londres reste la place financière la plus attractive du monde. Elle se situe juste devant New York, loin devant Francfort et très loin devant Paris, en dépit de la sortie annoncée du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE), montre une étude publiée lundi par le cabinet Z/Yen.

Le classement GFCI (Global Financial Centres Index) maintient la capitale britannique au premier rang mondial, avec une note de 780 points, soit 24 points de plus que New York. Il s'agit de l'écart le plus important enregistré depuis la création du palmarès en 2007.

La City n'a perdu que deux points en un an dans ce classement, alors que New York en cédait 24, ce que les auteurs de l'étude expliquent principalement les «craintes sur le commerce aux Etats-Unis», une référence aux menaces de Donald Trump de remettre en cause certains accords internationaux. Hong Kong complète le podium avec 744 points, soit 11 de moins que l'an dernier.

Evaluations fluctuantes

Alors que les places financières de l'UE espèrent attirer des banques et des sociétés de gestion basées à Londres que le Brexit inquiéterait, le classement GFCI ne montre pas d'effet marquant en terme d'attractivité: si Francfort progresse de douze places, la capitale financière allemande ne figure qu'au 12e rang. Luxembourg est 14e et Paris 26e. La capitale française gagne une place en un an.

«Les évaluations globales sur les centres financiers européens continuent de fluctuer avec les spéculations sur les centres susceptibles de bénéficier de la sortie de Londres de l'UE», explique l'étude.

Le classement GFCI intègre 92 places financières des cinq continents sur la base de multiples critères intégrant les infrastructures et la qualification de la main-d'oeuvre.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.