Madoff attend un geste financier d'UBS et HSBC

New-YorkLe liquidateur du fonds de Bernard Madoff avait été condamné en 2009 à 150 ans de prison pour une escroquerie de plusieurs années et estimée entre 23 et plus de 65 milliards de dollars.

Madoff attirait les déposants en leur promettant des rendements énormes, mais les remboursait en utilisant l'argent des déposants suivants.

Madoff attirait les déposants en leur promettant des rendements énormes, mais les remboursait en utilisant l'argent des déposants suivants. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le liquidateur du fonds de Bernard Madoff a saisi mercredi la Cour suprême américaine pour tenter d'obtenir le droit de réclamer des dédommagements aux banques suisses UBS et HSBC, italienne Unicredit, et américaine JPMorgan. Selon lui, ces établissements ont largement profité du système mis en place par l'escroc new-yorkais.

Les avocats d'Irving Picard ont déposé une demande pour obtenir un réexamen d'une décision rendue le 20 juin par une cour d'appel de New York. Celle-ci avait estimé que le liquidateur n'était pas habilité à poursuivre ces institutions financières, auxquelles il voulait réclamer des milliards de dollars de dédommagements.

Système bien huilé

Bernard Madoff avait été condamné en 2009 à 150 ans de prison pour une escroquerie ayant duré plusieurs années et estimée entre 23 et plus de 65 milliards de dollars, selon que l'on prenne en compte ou non les intérêts.

Il attirait les déposants en leur promettant des rendements énormes, mais les remboursait en utilisant l'argent des déposants suivants. Le système avait fini par s'effondrer.

Cela «n'aurait pas pu durer aussi longtemps, (il n'aurait pas pu) escroquer tant de gens et pour autant d'argent, sans un réseau d'institutions financières, de fonds nourriciers (qui réalisent tous leurs investissements dans d'autres fonds, ndlr), et d'individus qui ont participé à la fraude ou ne l'ont pas empêchée», fait valoir le recours.

Responsabilité partagée

Ces parties «ont reçu des millions (de dollars) de commission en échange de leur aide à la plus grande escroquerie pyramidale du monde» et «sont aussi responsables que Bernard Madoff de l'ampleur énorme des pertes des consommateurs», accuse le liquidateur.

L'un des avocats, David Sheehan, explique également dans un communiqué vouloir éviter une jurisprudence qui réduirait à l'avenir la marge de manœuvre des liquidateurs, et garantir «que toute entité qui aide une fraude similaire soit tenue responsable».

(ats/nxp)

Créé: 10.10.2013, 07h04

Articles en relation

Vaste escroquerie à la Madoff en Europe et en Suisse

Démantèlement Sept personnes ont été mises en examen en France dans le cadre d'une vaste escroquerie à la Madoff concernant plusieurs centaines de victimes. Dix pays européens coopéraient à l'enquête. Plus...

Le financier déchu Madoff trouve une place au musée

Washington Entre mafieux et serial killers, le financier déchu Bernard Madoff, qui purge une peine de 150 ans de prison pour escroquerie, a droit à la présentation d'objets personnels au Musée du crime de Washington. Plus...

Le frère de Madoff condamné à 10 ans de prison

Escroquerie Le frère de l'homme à l'origine du plus grand scandale financier de l'histoire a été condamné à 10 ans de prison pour avoir falsifié les comptes de la société d'investissement familiale dans laquelle il travaillait. Plus...

La fraude Madoff a démarré dans les années 1970

Etats-Unis De nouvelles charges ont été retenues contre cinq employés de Bernard Madoff. La plus grande arnaque financière a commencé il y a plus de trente ans. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.