Manuel Valls ne veut pas de fusion Nissan-Renault

FranceLes tensions perdurent entre l'Etat français et Renault. Son partenaire japonais avait manifesté son impatience.

L'Etat français détient actuellement 19,7% du capital de Renault.

L'Etat français détient actuellement 19,7% du capital de Renault. Image: Archives/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Etat français, qui «peut baisser sa part» au capital de Renault, ne souhaite pas une fusion entre le constructeur automobile français et Nissan. L'alliance doit perdurer telle quelle, a déclaré dimanche le Premier ministre Manuel Valls.

«L'Etat est aujourd'hui à presque 20%, demain il peut baisser sa part, nous l'avons toujours dit, mais ce que nous voulons, nous, c'est conserver l'alliance. Nous ne souhaitons pas une fusion», a dit le Premier ministre français dans le cadre du «Grand Rendez-vous» Europe 1-Le Monde-iTELE.

«Que cette alliance entre Renault et Nissan perdure, soit toujours aussi conquérante, dans un dialogue, telle qu'elle est», a-t-il souligné.

«L'Etat joue pleinement son rôle d'actionnaire, à sa place, qu'il soit à 15 ou à 19% dans le capital, il joue pleinement son rôle et en même temps, nous faisons confiance aux managers de Nissan et de Renault dans un dialogue qui est normal», a-t-il ajouté.

Bras de fer

Le conseil d'administration de Renault n'est pas parvenu vendredi à résoudre le conflit sur la répartition des pouvoirs au sein de l'alliance entre le constructeur français et Nissan. Mais il est tombé d'accord pour soutenir de nouvelles discussions et tenter ainsi de sortir de l'impasse.

Le bras de fer entre le président directeur général de Renault et Nissan, Carlos Ghosn, et le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, s'est durci depuis la brusque montée de l'Etat au capital du groupe français en avril. L'Etat français détient actuellement 19,7% du capital de Renault.

Droits de vote doubles

Cette opération était destinée à assurer au principal actionnaire de Renault les droits de vote doubles prévus par la loi Florange. Mais Nissan, deuxième actionnaire, ne l'accepte pas alors que lui ne possède aucun droit de vote depuis la fondation de l'alliance en 2002.

Reuters a rapporté la semaine dernière que Nissan avait formulé en septembre des propositions confidentielles pour mettre fin au contrôle de Renault. Celles-ci portent sur une augmentation de sa participation dans son partenaire français et une réduction de celle de Renault, actuellement de 43,4%, dans son capital. (ats/nxp)

Créé: 08.11.2015, 12h48

Articles en relation

Nissan renonce à certains gonfleurs d'airbag

Scandale Takata Après Toyota, le japonais Nissan bannit les gonfleurs d'airbag de Takata, à l'origine du scandale. Plus...

Renault double quasiment son bénéfice net

Automobile Le constructeur a quasiment doublé son bénéfice net au premier semestre. Il prévoit un marché automobile mondial en croissance de 1%. Plus...

Renault va embaucher 1000 personnes en 2015

Industrie automobile Les nouveaux recrutements viennent s'ajouter aux 1000 embauches déjà annoncées en France, pour moitié dans les usines du groupe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.