Passer au contenu principal

DangerLe marché immobilier surchauffe sérieusement

La situation s'est aggravée en particulier en Suisse romande. Le plus fort déséquilibre est enregistré dans le canton de Genève, région où le Credit Suisse identifie «une bulle des prix mature».

Trois digues tiennent encore et seule une hausse des taux d'intérêt pourrait inverser la tendance.

Les risques continuent d'augmenter sur le marché immobilier, mais il n'a pas encore atteint la dernière étape de la surchauffe, a affirmé mercredi le Credit Suisse.

La demande de logements est à peu près aussi élevée que l'an passé, a expliqué Sara Carnazzi, responsable de la recherche pour la Suisse romande, en présentant à Genève l'étude annuelle du Credit Suisse sur le marché immobilier. Les taux d'intérêt vont rester bas en 2013, alors que l'immigration continue de soutenir la demande.

Les mesures de réglementation, y compris le volant anticyclique décidé par le Conseil fédéral le mois dernier, ne parviendront pas à mettre un frein à la hausse des prix. Celle-ci devrait atteindre en 2013, selon le Credit Suisse, entre 3 à 5%, en léger repli par rapport à l'an dernier.

Trois digues tiennent encore: les transactions spéculatives restent limitées. De nombreux établissements ont réduit le nombre de crédits octroyés dans le sillage du renforcement de la surveillance. Et on n'observe pas encore de surenchère de l'offre sur le marché du logement.

Il n'empêche que le nombre de régions dans lesquelles l'évolution du niveau des prix par rapport aux revenus «n'est plus viable» ne cesse d'augmenter: 49 sur 106 régions en Suisse, contre 38 il y a un an, a averti le Credit Suisse.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.