Passer au contenu principal

LogementsLe marché immobilier tend à se stabiliser en Suisse

Le niveau élevé des prix tant pour les appartements en propriété que locatifs a tendance à reculer dans certaines catégories et régions du pays.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

Après une longue phase de boom, le marché du logement tend à se stabiliser. Malgré une demande intacte, tant pour les appartements en propriété que locatifs, le niveau élevé des prix, doublé d'une activité de construction dynamique, tend à reculer dans certaines régions et catégories .

En matière de propriétés par étages (PPE), la demande poursuit son expansion, entraînant par conséquent une hausse des prix, écrit jeudi le cabine de conseils Wüest & Partner dans la 2e édition annuelle de son rapport «Immo-Monitoring». Pour l'ensemble de la Suisse, les prix ont augmenté de 2,5% entre le 2e trimestre 2014 et la période correspondante de l'an passé.

Entre 2004 et 2014, les prix des PPE ont gagné 3,8% chaque année. Depuis 2004, la hausse totale se chiffre à 44,6%. Mais Wüest & Partner observe des signes de saturation de ce marché dans certaines régions et catégories de prix. Le phénomène s'explique avant tout par l'accroissement du nombre d'objets mis en vente.

La plus forte croissance du taux de l'offre est intervenue dans les communes où le niveau des prix est le plus élevé. A cet égard, le cabinet de conseils cite le canton de Genève, avec une baisse de 2,3% sur la période considérée. En ville de Zurich, le repli a atteint 4,8% et 2,2% pour la région entourant la métropole des bords de la Limmat.

Prix sous pression

L'offre a augmenté suite au développement de nombreux projets de construction, avec pour corollaire une concurrence accrue et des prix sous pression. Dans la région lémanique, les prix ont reculé de 1%.

La répartition des PPE mises en vente en fonction des diverses catégories de prix confirme l'observation. La part des objets chers a cessé d'augmenter. Wüest & Partner s'attend à des corrections de prix sur différents marchés d'ici la fin 2015. L'ensemble de la Suisse devrait cependant connaître une hausse, mais minime.

Un atterrissage en douceur est attendu, mais de plus fortes baisses ne sont pas exclues dans les régions et les segments dans lesquels les prix sont les plus élevés. L'an prochain, les PPE devraient coûter encore 1,7% de plus en Suisse, avec toutefois des replis entre 2,8 et 0,5% de ce côté-ci de la Sarine.

Du côté des maisons individuelles, le recul des prix s'est aussi confirmé dans la région lémanique (-4,9%) ainsi qu'à Genève (-5,1%).Mais cette région constitue l'exception, car contrairement au reste de la Suisse, l'offre n'a pas cessé d'y augmenter depuis 2011, explique le cabinet zurichois, également présent à Lausanne. Cet élément a contribué à une baisse modérée des prix dès le 2e semestre de 2013.

20% des maisons à vendre à Genève

Actuellement, une maison sur cinq faisant l'objet d'une annonce se trouve dans la région lémanique. Selon Wüest & Partner, la forte proportion de propriétaires étrangers a pu contribuer à la hausse de l'offre, la force du franc représentant une grande tentation de réaliser un gain à la faveur du cours de change en cédant un bien immobilier.

Pour l'heure, le cabinet refuse de parler d'un retournement de tendance, même si le niveau des prix a tendance à freiner l'activité et que le nombre de transactions a diminué. Pour l'ensemble de la Suisse, les prix des maisons individuelles ont ainsi augmenté de 1,8%, contre une croissance annuelle de 3,2% depuis 2004.

Pour l'an prochain, les prix des maisons individuelles en Suisse devraient croître de 0,8%, mais là aussi avec des reculs dans l'Arc lémanique (-2,7%), à Genève (-3,0%) et en dans l'ouest du pays.

Au-delà, Wüest & Partner note que la construction de PPE en Suisse dépasse largement celle de villas. La dynamique des prix dans ce dernier secteur reflète encore plus leur niveau que dans le premier segment. Actuellement dans la moitié des communes helvétiques, il faut débourser plus d'un million de francs pour une maison individuelle de standard moyen.

Hausse continue

Evoquant la situation en matière de locations, le cabinet relève que changer d'appartement ne représente «plus tellement un bon calcul». Et cela ne devrait pas changer de sitôt, les loyers des baux en cours devant stagner, eu notamment égard au maintien du taux de référence à 2% et à l'absence de renchérissement.

Quant aux loyers des logements proposés à la location, ceux-ci augmentent constamment. En moyenne suisse, ils ont progressé de 2,7% sur la période sous revue. Mais un ralentissement est intervenu depuis la mi-2013. Pour l'heure seuls le Valais et Genève enregistrent des baisses. Et pour 2015, une hausse de 1,7% est attendue.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.