Passer au contenu principal

Les marchés au service d’une cité sans CO2

Une gigantesque entrée en bourse contribuera à la création d’une ville vouée aux technologies du futur.

Neom, le projet saoudien de ville futuriste située au bord de la mer Rouge, promet d'être truffé de nouvelles technologies. DR
Neom, le projet saoudien de ville futuriste située au bord de la mer Rouge, promet d'être truffé de nouvelles technologies. DR

Un «IPO» colossal! Autrement dit une entrée en bourse de dimension extraordinaire. Elle a été plusieurs fois repoussée, mais, cette fois-ci, c’est presque promis. Le «Wall Street Journal» prétend en tout cas que la cotation de Saudi Aramco à la bourse de Ryad pourrait commencer le mois prochain. Ou tout au moins avant la fin de l’année.

Il s’agirait dès lors d’un des IPO (initial public offering) les plus énormes de l’histoire. Cette opération contribuera à la réalisation d’un projet de mégapole sans émission de CO2, à proximité de la mer Rouge: Neom, ou Neo-Mostaqbal. Autrement dit, «nouveau futur». Mais commençons par le nerf de la guerre, à savoir les sous, les ingrédients financiers!

Selon des informations de sources fort peu indépendantes, mais très bien informées, la valorisation de Saudi Aramco se situe actuellement entre 1500 et 2000 milliards de dollars (à peu près autant en francs). En tenant compte d’une cotation se limitant probablement, dans un premier temps, à 1% ou 2% de la capitalisation de la société, puis, progressivement, jusqu’à 5%, les enjeux à la corbeille vont rapidement porter sur 75 à 100 milliards de dollars. Voire plus! Pour conduire un IPO aussi prometteur, Saudi Aramco a mandaté les banques JP Morgan, Morgan Stanley et Arabia’s National Commercial Bank, selon Reuters. Des médias américains annoncent la date du 25 octobre comme celle de la publication des premiers prospectus sur cette opération, en arabe. Puis celle de la version anglophone, deux jours plus tard.

Devisé à 500 milliards

Du coup, la construction d’une mégapole ultrafuturiste, à proximité de la mer Rouge, se rapproche. La cotation d’une partie des actions de la firme étatique Saudi Aramco a en effet été présentée, entre autres, comme une source de revenus contribuant de façon significative aux investissements dans ce projet, devisé à 500 milliards de dollars en automne 2017.

Les promoteurs de Neom évoquent déjà des performances d’innovation agricole, avec le développement de cultures en zones arides et en eau de mer. Les énergies renouvelables, cela tombe sous le sens, se révéleront très présentes à Neom, avec des fermes éoliennes et photovoltaïques, des systèmes de stockage d’énergie à grande échelle. Les véhicules de transports publics et voitures privées autonomes, les taxis drones électriques pilotés depuis le sol occuperont eux aussi une place importante.

En 2017, il était indiqué qu’une première phase de sa réalisation devait s’achever en 2025.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.