Le mariage entre Fnac et Darty est engagé

DistributionAprès des semaines de tractations, la Fnac a déposé vendredi une offre ferme de rachat de Darty.

Image: ARCHIVES - PHOTO D'ILLUSTRATION/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après près de deux mois de discussions serrées, le mariage entre Fnac et Darty semble cette fois engagé, à la suite du dépôt vendredi par la Fnac d'une offre ferme de rachat, et de la recommandation par le conseil d'administration de Darty d'accepter cette offre.

Les deux groupes français avaient franchi une première étape importante le 6 novembre en parvenant à un accord sur les termes financiers de leur rapprochement.

La Fnac, qui proposait initialement un rachat de Darty uniquement par un échange de titres, propose désormais aux actionnaires une alternative en numéraire à hauteur d'un montant maximum de 95 millions d'euros (103 millions de francs), en plus de leur offre d'échange d'une action Fnac pour 37 actions Darty.

Un délai supplémentaire avait toutefois été demandé le 11 novembre, afin que les deux distributeurs règlent les derniers détails pratiques et juridiques de leur transaction.

La Fnac avait donc jusqu'à ce vendredi 20 novembre, 18h00 heures pour confirmer son projet de rachat par une offre ferme ou bien y renoncer. L'offre a donc été déposée et «recommandée» par le conseil d'administration de Darty, est-il indiqué.

Leader en France

La transaction valorisera Darty, coté à Londres, à environ 558 millions de livres (environ 866 millions de francs), sur la base du cours de clôture du 19 novembre, indiquent les deux groupes dans un communiqué commun.

Ensemble, les deux distributeurs représenteront un chiffre d'affaires cumulé de plus de 7 milliards d'euros. Cela fera de l'entité combinée «un leader en France avec des ventes de 5,6 milliards d'euros» et leur donnera une «présence significative à l'étranger, avec environ 200 magasins hors de France», explique le communiqué.

Plusieurs étapes restent toutefois encore à franchir avant que la transaction ne soit effective, dont l'examen de l'opération par les Autorités de la concurrence belge et française et son approbation par les assemblées générales des deux groupes. A tout moment, l'une ou l'autre des parties pourrait renoncer. Si l'opération arrive à terme, le mariage entre les deux groupes ne sera sans doute pas finalisé avant la fin 2016. (ats/nxp)

Créé: 20.11.2015, 19h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...