«Le Matin» papier disparaît après 125 ans

MédiasLe Matin papier disparaît, il continuera sous forme 100% numérique. Quelque 40 suppressions de postes prévues. Les syndicats dénoncent.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La version papier du journal «Le Matin» paraîtra pour la dernière fois le 21 juillet. L'avenir du quotidien romand s'écrira désormais uniquement sous forme numérique. Jusqu'à 41 personnes sont menacées dans leur emploi. Le personnel est sous le choc.

Le couperet est officiellement tombé, après des mois de rumeurs et des années de pertes financières: après 125 ans d'histoire(s), le quotidien payant le plus lu de Suisse romande va cesser de paraître le samedi 21 juillet, après le Paléo et le Mondial de football. Il deviendra le premier quotidien suisse à faire le pas du tout numérique.

Cette restructuration impactera «au maximum 41 personnes, dont 24 dans la rédaction», a annoncé jeudi l'éditeur Tamedia. «Ce seront soit des licenciements, soit des réductions du temps de travail», a expliqué Patrick Matthey, responsable de la communication pour la Suisse romande. Le Sport-Center, agence interne de Tamedia pour le sport, sera aussi touché. Mais pas du tout le «Matin Dimanche».

Patrick Matthey ne donne pas de détails pour l'instant. «Une procédure de consultation vient d'être lancée. Nous donnerons des chiffres lorsque nous serons au bout du processus», a-t-il ajouté.

Selon des chiffres diffusés à l'interne, 16 personnes seraient touchées dans la rédaction du «Matin», 8 au Sport-Center et 17 dans le secteur TES (production, édition et technique). Les licenciements seraient prévus pour la fin juin.

Rédaction de 15 personnes

Le Matin continuera avec une rédaction d'environ 15 personnes qui collaborera étroitement avec le Sport-Center et le Newsexpress de Tamedia, ainsi que le réseau du gratuit «20 Minutes». Les collaborateurs du quotidien orange sont appelés à postuler pour la nouvelle rédaction numérique du Matin.

Le rédacteur en chef actuel s'en va. Sur les réseaux sociaux, Grégoire Nappey explique qu'il «n'a pas souhaité conduire ce projet» pour être «cohérent avec ses convictions». Il assurera jusqu'au 21 juillet la transition avec Laurent Siebenmann, qui sera le nouveau rédacteur en chef du Matin online. Ce dernier a débuté sa carrière dans les radios privées en Suisse romande. Il a rejoint la rédaction du «Matin» en février 2015.

Pertes financières

Les pertes financières auront eu raison de l'édition papier du journal de boulevard. «Nous enregistrons des pertes importantes depuis plus de 20 ans. Et elles ont augmenté ces dernières années», a expliqué Patrick Matthey. En 2017, la marque a perdu 6,3 millions de francs, et près de 34 millions au cours des dix dernières années.

Le matin.ch sera un produit 100% gratuit, a assuré Patrick Matthey. Le média devra tirer l'entier de ses revenus de la publicité. Le modèle économique a été analysé et jugé viable. «On espère très fortement développer les recettes publicitaires sur internet», a renchéri Laurent Siebenmann.

Si Tamedia opte pour le tout numérique, c'est aussi parce que «le mode de consommation des lecteurs a changé», a ajouté le porte-parole. «Cette décision est douloureuse pour les collègues, mais c'était pour nous une évidence de basculer le journal sur le numérique», a-t-il ajouté.

Moins de lecteurs

Le lectorat du quotidien - imprimé à près de 38'000 exemplaires pour 218'000 lecteurs- s'érodait année après année. Le quotidien orange, qui était beaucoup lu dans les bistrots, a perdu plus de 80'000 lecteurs en dix ans sous l'effet notamment de la concurrence des gratuits 20 minutes et Le Matin bleu, ce dernier ayant lui-même disparu en 2009. Quant aux revenus publicitaires, ils ont reculé de 42% en 10 ans.

Les collaboratrices et collaborateurs touchés seront mis au bénéfice de mesures d'accompagnement dans le cadre d'un plan social. La direction a demandé à rencontrer dès vendredi la représentation des employés accompagnée du syndicat Impressum, afin de démarrer la procédure de consultation.

Réactions véhémentes

Les syndicats ont réagi avec véhémence. L'annonce de Tamedia survient alors qu'une procédure est en cours devant l'Office de conciliation vaudois pour sauver Le Matin papier et demander un gel des licenciements sur deux ans. Pour Impressum et syndicom, l'éditeur zurichois se conduit comme le «croque-mort» de la diversité de la presse en Suisse romande.

La présidente du gouvernement vaudois Nuria Gorrite a annoncé que le Conseil d'Etat a immédiatement sollicité une entrevue avec la direction de Tamedia. «Tamedia, société qui fait des bénéfices, tire la prise d'un titre populaire, l'un des derniers quotidiens romands. C'est une coupe dans l'identité romande», a-t-elle déclaré.

Le Conseil d'Etat rappelle aussi que, conformément au mandat du Grand Conseil, il étudie les possibilités de soutien public à la diversité médiatique. Il présentera un rapport dans la deuxième moitié de l'année. (ats/nxp)

Créé: 07.06.2018, 10h54

Réaction: «Croque-mort»

Syndicats Tamedia se comporte comme le «croque-mort» de la diversité de la presse en Suisse romande.

Solution Impressum et syndicom demandent à l'éditeur de chercher une solution pour le maintien du journal.

Procédure Une procédure est en cours depuis le 28 mars devant l'Office de conciliation vaudois, rappellent les syndicats. Elle interdit en principe toute mesure contraignante tant de la part des employeurs que des employés.

Appel à un soutien public. Le think tank Nouvelle Presse et l'association Fijou, deux associations créées en 2017 pour réfléchir au renouveau de la presse, regrettent la disparition du journal papier Le Matin.

Articles en relation

La presse divisée après l'abandon de l'accord

Iran La presse conservatrice estime que l'accord est mort tandis que les journaux réformateurs tablent sur le maintien avec l'aide des autres puissances. Plus...

Blocher rachète "Lausanne Cités"

Suisse Tamedia a cédé sa participation dans divers journaux gratuits, dont «GHI» et «Lausanne Cités», ainsi que dans le «Tagblatt der Stadt Zürich». Plus...

NZZ et AZ Medien fusionnent des rédactions

Médias Le rapprochement prendra la forme d'une coentreprise qui réunira l'ensemble des journaux régionaux des deux rédactions. Plus...

Et si la redevance arrosait la presse écrite?

Suisse Une commission propose d'élargir le champ des bénéficiaires de la redevance radio-TV aux journaux. Plus...

Les lecteurs suisses, fidèles à leurs journaux

Medias Les derniers chiffres de la REMP montrent que le lectorat se stabilise, malgré la baisse de la pub. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des parents et des enfants séparés par le rêve américain, paru le 19 juin
(Image: Bénédicte) Plus...