Max Havelaar est confronté à des appels à la transparence

Commerce équitableL'organisation non-gouvernementale doit sa renommée au commerce de produits équitables. Aujourd'hui, de plus en plus de voix lui demandent aussi d'accroître sa transparence.

Max Havelaar s'est fait un nom avec son programme Fairtrade mais des critiques se sont entendre.

Max Havelaar s'est fait un nom avec son programme Fairtrade mais des critiques se sont entendre. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Max Havelaar vient de lancer un nouveau label de commerce équitable (fairtrade) pour l'or. Or cette franchise fait l'objet de nombreuses critiques, souligne le Tages-Anzeiger dans son édition du 4 novembre.

Parmi les reproches formulés, l'apparition au début de l'année d'un nouveau logo pour les produits qui contiennent des composants Fairtrade. La part de sucre, cacao ou encore coton qui se trouve dans le produit fini doit être «d'au moins 20%», sans plus de détails.

Des coûts élevés

Outre les risques de confusion, les critiques portent sur le risque de voir composants Fairtrade et classiques se retrouver mélangés. Un consommateur peut donc payer pour un produit avec le logo Fairtrade tout en n'ayant au final qu'un produit principalement conventionnel. Au moins les producteurs profitent-ils d'un prix garanti et de la prime Fairtrade, rétorque l'association.

Il est surtout reproché au programme son incapacité à sortir les producteurs les plus pauvres de la misère. Ces derniers ne touchent que 3 centimes de plus par rapport à une production classique pour chaque franc versé, selon les calculs d'un ancien collaborateur. Les coûts de certification sont en outre élevés pour les petits producteurs.

Appels à la transparence

En Suisse, la Déclaration de Berne (DB) demande à Max Havelaar davantage de transparence sur la chaine de production et les flux financiers, afin que les consommateurs puissent se faire une idée. Un appel relayé par les associations de défense des consommateurs.

Les enjeux sont en effet importants pour l'association non-gouvernementale car le chiffre d'affaires de ses produits Fairtrade progresse continuellement chaque année pour atteindre 434,6 millions de francs en 2013.

Et la multiplication des licences, comme pour l'or, ne peut que doper les ventes. Les franchises ont représenté en 2013 des revenus pour 7,4 millions de francs

Créé: 04.11.2014, 12h47

Articles en relation

Max Havelaar lance un label de commerce équitable pour l'or

Transactions La fondation a créé ce label «fairtrade» sur l'or afin de garantir aux mines un prix minimum et interdire le travail des enfants. Plus...

Le commerce équitable poursuit son essor en Suisse

Vente Les Suisses ont consommé, en moyenne, quelque 53 francs de produits issus du commerce équitable en 2013. Environ 2000 articles labellisés Fairtrade Max Havelaar étaient proposés sur les étals du pays. Plus...

Nouveau label Max Havelaar pour les matières premières

Commerce équitable La Fondation Max Havelaar élargit son label de commerce équitable. Celui-ci ne s'appliquera plus uniquement aux produits finis, mais également aux matières premières, comme le cacao, le sucre et le coton. Plus...

Les nouveaux programmes de Max Havelaar suscitent la controverse

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.