Microsoft attaque Slack

MessagerieLe groupe informatique américain veut s'étendre dans le courriel en entreprises.

Le CEO de Microsoft, Satya Nadella, lors de la présentation à New York de «Teams». (26 octobre 2016)

Le CEO de Microsoft, Satya Nadella, lors de la présentation à New York de «Teams». (26 octobre 2016) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Microsoft a dévoilé mercredi un nouveau service de messagerie et de collaboration en temps réel en entreprise, Teams, s'attaquant à un marché jugé à fort potentiel et jusqu'ici dominé par des applications comme l'américaine Slack.

Dans un message sur son site, Microsoft présente Teams comme «un moyen de conversation moderne», permettant à tous les membres d'une équipe d'accéder à une même discussion.

Le système de base est une messagerie instantanée, mais Microsoft l'a intégrée avec sa messagerie vidéo Skype afin de permettre des téléconférences, ainsi qu'avec sa suite de logiciels de bureautique Office pour que plusieurs personnes puissent collaborer en direct sur des documents Word, Excel ou PowerPoint par exemple.

Microsoft fait valoir que cela permet aux gens d'avoir «toutes les informations et les outils dont ils ont besoin» au même endroit. L'interface peut aussi être personnalisée pour ajouter des raccourcis vers des documents ou des services en ligne utilisés fréquemment ou intégrer des services conçus par des tiers: Microsoft évoque déjà plus de 150 partenaires.

Créée en 2013

Il met aussi en avant la sécurité de son service, relevant notamment que «les données sont cryptées durant leur transit et quand elles sont stockées».

Microsoft s'engouffre ainsi sur un marché visant à remplacer le courriel d'entreprises popularisé en particulier par la startup américaine Slack, créée en 2013.

Au lieu de gérer des centaines de courriels, Slack propose déjà à ses utilisateurs de centraliser la communication dans des «canaux» accessibles par tous les interlocuteurs. Elle est active dans 131 pays et revendique plus de trois millions d'utilisateurs quotidiens.

La startup a répliqué à l'annonce de Microsoft par une longue lettre ouverte publiée sur son site internet, mais aussi en publicité pleine page dans le New York Times, où sous prétexte de «conseils amicaux» à son nouveau rival, elle fait l'inventaire de ses propres points forts.

En 18 langues

«Microsoft, bienvenue dans la révolution», écrit-elle notamment, se disant «sincèrement ravie d'avoir de la concurrence» mais prévenant le géant des logiciels que la tâche est «plus dure qu'elle ne paraît» et qu'elle même est «là pour rester».

La communication en entreprises suscite globalement beaucoup d'intérêt. Facebook avait ainsi lancé lui-même début octobre une version professionnelle de son célèbre réseau (Workplace) avec l'ambition de rivaliser avec les intranets et les boîtes mails en entreprises.

Les clients professionnels de Microsoft dans 181 pays et 18 langues peuvent avoir depuis mercredi un aperçu de Teams, qui deviendra largement disponible au premier trimestre 2017 et sera compatible avec les systèmes d'exploitation Windows de Microsoft, Mac et iOS d'Apple, Android de Google, ainsi qu'avec la plupart des plateformes en ligne.

(afp/nxp)

Créé: 02.11.2016, 21h14

Articles en relation

«Slack a pris beaucoup de gens par surprise»

Communication Le courriel est menacé par de nouvelles applis de messagerie pour la communication interne des entreprises. Plus...

Microsoft veut rivaliser avec Apple

Informatique Avec son nouvel ordinateur au design épuré, la firme de Redmond veut concurrencer son rival de toujours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.