Ces milliardaires qui déboursent gros pour leur candidat

Présidentielle américaineJusqu'à présent, les campagnes de Barack Obama et Mitt Romney ont rassemblé 1,3 milliard de dollars. De riches particuliers mettent la main au portefeuille pour que leur favori accède au pouvoir.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Barack Obama n’aime pas réclamer de l’argent. Mais pour les 100 personnes qui avaient chacune déboursé 40'000 dollars pour participer à la soirée de levée de fonds de la chanteuse Beyoncé et son mari Jay-Z, le candidat a fait un effort, soumis à la règle numéro un des campagnes: l’argent reste le nerf de la guerre.

Depuis mai, le président a participé à 69 soirées de donateurs, avec des tickets d’entrée atteignant plusieurs dizaines de milliers de dollars. Son adversaire Mitt Romney en a organisé 105.

L’édition 2012 de la présidentielle ne devrait pas coûter significativement plus cher qu’en 2008, le président n’ayant pas eu à financer une campagne des primaires. Au 31 août, Barack Obama avait levé 432 millions de dollars (746 en 2008), contre 274 pour Mitt Romney (288 pour John McCain en 2008), selon les comptes déposés auprès de la Commission électorale fédérale.

Une campagne à 1,3 milliard

A cela s’ajoutent les fonds levés par les partis démocrate et républicain (233 et 283 millions) et les comités de soutien indépendants, les «Super PAC» (36 et 97 millions). Ainsi, les compteurs de la campagne 2012 ont déjà grimpé à 1,3 milliard de dollars.

Si Barack Obama n’a pas encore atteint les sommets de 2008, sa suprématie reste solide grâce à un afflux de «petits» dons de la part de particuliers: 37% des sommes recueillies proviennent de chèques inférieurs à 200 dollars, contre seulement 16% pour Mitt Romney, selon les chiffres compilés par le site opensecrets.org.

Mais le retard du républicain est compensé par une avalanche d’argent en provenance de riches particuliers, libres de contribuer sans limite à des comités «amis» depuis la déréglementation récente du financement électoral, encouragée par la Cour suprême. Fonds illimités

Seule la moitié des publicités pro-Romney diffusées en septembre étaient financées par sa campagne, selon des données Kantar Media/CMAG analysées par le Wesleyan Media Project, un centre d’études universitaire qui étudie les dépenses publicitaires politiques. Le relais a été pris par des organisations libres de lever des fonds illimités auprès de riches particuliers, d’entreprises et de syndicats.

Les démocrates ne sont pas en reste. Les syndicats soutiennent massivement Barack Obama, et lui aussi a lancé sa Super PAC, Priorities USA Action, bien qu’elle soit moins financée que ses homologues républicaines.

Créé: 17.10.2012, 13h03

Articles en relation

Pour la presse, Obama retrouve son entrain dans un débat musclé

Présidentielle aux USA A l'occasion de ce deuxième round, les médias en ligne américains soulignent le regain d'énergie du président Barack Obama qui rattrape l'échec de son premier débat. Plus...

Obama accuse Romney de vouloir favoriser les riches

Présidentielle américaine Attendu après sa prestation jugée décevante du premier débat de la campagne présidentielle, Barack Obama s'est montré beaucoup plus incisif lors du deuxième débat. Plus...

Obama contraint de mettre Romney K.O.

présidentielle américaine Barack Obama devait impérativement mardi soir se montrer «solide et passionné» lors du deuxième débat présidentiel, pour espérer reprendre l'ascendant sur le républicain Mitt Romney avec lequel il est désormais à égalité dans les sondages. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.