Des milliers d’emplois menacés en Suisse cette année

ConjonctureLe président d’EconomieSuisse, Heinz Karrer, annonce une foule de délocalisations dues au franc fort.

Les postes de boucher font partie des jobs les plus menacés, selon une étude de l’Université d’Oxford.

Les postes de boucher font partie des jobs les plus menacés, selon une étude de l’Université d’Oxford.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les délocalisations ne font que commencer. Des milliers d’emplois supplémentaires devraient quitter la Suisse en 2016 en raison du franc fort, a prévenu hier le président de la Fédération des entreprises suisses, Heinz Karrer, dans les colonnes de l’hebdomadaire zurichois SonntagsZeitung.

Outre les PME, des grandes entreprises transfèrent également des emplois à l’étranger. Notamment en Europe de l’Est, en Grande-Bretagne et en Inde, indique Heinz Karrer. Les secteurs de la comptabilité et de l’informatique sont les principaux concernés par cette tendance, précise le leader d’EconomieSuisse.

Le phénomène devrait également se poursuivre cette année, car aucune reprise économique d’ampleur n’est attendue. L’industrie d’exportation et le tourisme continuent à particulièrement souffrir de la force du franc, constate le président de l’organisation faîtière des firmes helvétiques.

Suisse moins séduisante

La Suisse est en outre fortement dépendante de l’économie mondiale, alors qu’actuellement seuls les Etats-Unis connaissent une évolution favorable. Toutes les autres régions, notamment l’Union européenne, le principal partenaire économique de la Suisse, sont à la peine, rappelle Heinz Karrer.

L’attrait de la Suisse pour les travailleurs étrangers a en outre diminué. La Suisse pourrait n’être qu’au début d’un processus d’ajustement. Heinz Karrer redoute en plus qu’il affecte tous les secteurs de l’économie du pays. A cela s’ajoute l’incertitude politique entourant la mise en œuvre de l’initiative populaire «Contre l’immigration de masse», approuvée par le peuple le 9 février 2014. Sans oublier l’extension du champ des activités économiques numérisées.

Cette révolution en cours sur le marché du travail constituera un des thèmes de réflexion majeurs du Forum économique mondial, organisé par la fondation genevoise World Economic Forum, du 20 au 23 janvier à Davos.

Délai à prévoir

A ce sujet, des recherches récentes de l’Université d’Oxford confirment la dimension gigantesque des mutations à prévoir. Employés de bureau, caissiers, bouchers, personnel de réception, postiers, comptables et laborantins: tous ces emplois seront automatisés à l’avenir avec une probabilité de plus de 90%, selon l’étude de cet établissement britannique, évoquée hier par la NZZ am Sonntag.

Les postes d’employés de bureau apparaissent déjà comme les plus menacés par la numérisation, alors que 284 000 personnes sont actuellement employées en Suisse en qualité d’employés de commerce et 48 000 comme comptables. Après l’automatisation d’activités de routine durant les dernières décennies, le travail plus qualifié ne nécessitera plus que quelques personnes d’ici vingt ans.

Créé: 03.01.2016, 22h27

Articles en relation

Le chômage faible masque des remous sur l’emploi

Franc fort Le taux d’inactivité baisse à 3,1% en juin. Pourtant, le recours au chômage partiel s’emballe. Dans l’industrie, le bilan est moins flatteur. Plus...

Les entreprises suisses s’habituent au franc fort

Devises Un euro à 1 fr. 10 seulement n’inquiète guère plus d’un cinquième des firmes interrogées par Deloitte. Plus...

Le franc fort comprime l'emploi

Arc lémanique Le franc fort a continué de peser sur le marché de l'emploi en Suisse au 2e trimestre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.