Passer au contenu principal

Mitsubishi a aussi manipulé des tests d'émission

Environ 625'000 véhicules de la marque japonaise seraient touchés par ce nouveau scandale.

ARCHIVES - PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

Mitsubishi Motors a avoué mercredi avoir «manipulé des tests pour présenter de meilleurs rendements énergétiques». Une fraude qui concerne au moins 625'000 véhicules vendus au Japon, mais l'enquête va s'étendre à l'étranger.

Quatre modèles de mini-véhicules (cylindrées de moins de 660 cm3), une catégorie populaire dans l'archipel, sont concernés, dont 468'000 unités fabriquées pour son compatriote Nissan (Dayz et Dayz Roox).

Cette annonce intervient au moment où l'industrie automobile est soumise à des contrôles accrus, alors que le géant allemand Volkswagen est aux prises avec un scandale de moteurs truqués.

«Nous exprimons nos excuses les plus profondes à tous nos clients et autres parties affectées», a déclaré le patron du groupe japonais, Tetsuro Aikawa, lors d'une conférence de presse au ministère des transports.

Le constructeur a joué sur les chiffres relatifs aux pneus, affichant ainsi des performances de consommation de carburant supérieures de 5 à 10% à la réalité, ont par ailleurs précisé des médias.

Production stoppée

«Notre client Nissan a découvert des écarts entre les chiffres fournis et ceux constatés et nous a demandé de revoir nos valeurs», a expliqué Mitsubishi Motors dans un communiqué. «Nous avons décidé d'arrêter la production et les ventes des modèles en cause», a-t-il ajouté, précisant que Nissan avait fait de même.

Le groupe du directeur général Carlos Ghosn a confirmé cette version dans une déclaration distincte. «Nous avons aussitôt porté ces divergences à l'attention de Mitsubishi, qui est responsable du développement et de l'homologation des véhicules», a souligné Nissan. «En réponse à notre requête, il a admis avoir manipulé intentionnellement les données».

«Aujourd'hui, nous ne prévoyons pas de revoir notre collaboration avec Mitsubishi Motors», a toutefois assuré Nissan.

L'action plonge

L'annonce, juste avant la clôture de la Bourse, de l'organisation de ce point presse avait fait plonger l'action de plus de 15%, sa plus forte chute en pourcentage depuis 2004, quand le groupe était en mauvaise posture.

Mitsubishi Motors affiche désormais une santé plutôt bonne, mais il a frôlé la faillite il y a une douzaine d'années, à la suite d'un scandale de camouflage de défauts en infraction à la loi sur les rappels. L'affaire, grandement médiatisée, avait fait vaciller l'entreprise et valser ses dirigeants pendant plusieurs années.

Connu pour ses 4x4 Outlander et Pajero, Mitsubishi Motors Corporation (MMC) écoule environ un million de véhicules par an. Pour l'ensemble de l'année close fin mars 2016, la société vise un chiffre d'affaires de 2260 milliards de yens (environ 19,6 milliards de francs).

Besoin de temps

Son patron a d'ores et déjà prévenu: «Ce n'est pas un problème simple. Nous avons besoin de temps (pour évaluer l'impact sur les résultats), mais une chose est sûre, les dommages seront importants», a-t-il dit.

L'enquête interne a révélé que «la méthode de tests utilisée, non conforme aux exigences de la loi japonaise, a été appliquée à d'autres modèles produits par MMC pour le marché japonais».

«Eu égard à la gravité de ces questions, nous allons aussi mener des investigations relatives aux produits fabriqués pour les marchés étrangers», avec l'aide d'un «comité composé uniquement d'experts externes», a indiqué le groupe.

L'affaire rappelle le scandale qui a éclaté chez Volkswagen en septembre dernier. Le colosse allemand a admis avoir installé dans 11 millions de ses véhicules dans le monde un logiciel capable de falsifier les valeurs d'émissions polluantes des moteurs diesel. Il risque des dizaines de milliards d'euros d'amendes et de dommages et intérêts.

«Il se pourrait que ce soit différent du problème Volkswagen, mais le marché est devenu très sensible à ce genre de nouvelles», a commenté pour l'agence Bloomberg Seiji Sugiura, analyste au centre de recherche Tokai à Tokyo. «C'est mauvais pour l'image de la compagnie, d'autant plus que ce n'est pas la première fois que Mitsubishi a ce genre de problème».

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.