Passer au contenu principal

Un mois de janvier généreux est de bon augure pour l’année

Les principales places financières ont repris des couleurs en janvier, soutenues notamment par la Réserve fédérale.

Image: archive/photo d'illustration
Image: archive/photo d'illustration
Keystone

Les principales places financières ont repris des couleurs en janvier, soutenues notamment par la rhétorique de la Réserve fédérale, évoquant plus de patience, par la bonne tenue de l’économie américaine ainsi que par les mesures de stimulation monétaires et fiscales des autorités chinoises.

La saison des publications de résultats bat actuellement son plein, aux États-Unis comme ailleurs dans le monde. Les chiffres publiés sont généralement de bonne facture et ont contribué à la tendance favorable observée depuis le début de l’année. La performance du mois de janvier est aussi souvent perçue comme un baromètre de l’orientation des marchés pour l’ensemble de l’année. Si janvier est positif, les 11 mois suivants le seront aussi, une affirmation qui s’est vérifiée à Wall Street dans près de 80% des cas depuis 1928. Les Américains ne disent-ils pas «As January goes, so goes the year».

Les actions américaines se sont appréciées de 7,9% durant ce mois de janvier, ce qui en fait le meilleur mois boursier depuis octobre 2015 et même le meilleur mois de janvier depuis 1987. La bourse n’est ainsi pas à un paradoxe près, puisque le mois dernier a été précédé par un décembre particulièrement misérable. Le S&P 500 a en effet dégringolé de 9,2% et a vécu son pire mois de décembre depuis 1931. À noter que, en raison de ce plongeon, la maxime de janvier ne s’est pas du tout vérifiée en 2018.

D’autres analyses ont aussi démontré que, lorsque la hausse de janvier dépasse 4%, les actions américaines clôturent l’année sur une progression à deux chiffres. Ce cas de figure ne s’est présenté que dix-neuf fois depuis le début des années cinquante, mais s’est toujours révélé juste… à l’exception de 1987 et 2018. Que nous réserve 2019? Chez nous, on dit: «Jamais deux sans trois!»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.