Passer au contenu principal

Mondial de l'auto: l'électrique cherche son déclic

Malgré les investissements, les aides gouvernementales et les espoirs, la voiture électrique peine à séduire.

Renault, leader des ventes, a convaincu 2500 personnes d'acheter une «Zoé» depuis le début de l'année.
Renault, leader des ventes, a convaincu 2500 personnes d'acheter une «Zoé» depuis le début de l'année.
AFP

«Jamais contente»: le nom de la voiture électrique qui battit le record de vitesse en 1899 résume, 115 ans plus tard, l'état d'esprit des promoteurs de véhicules qui, malgré les investissements, les coups de pouce gouvernementaux et les espoirs, peinent encore à développer ce marché.

Le tacot en forme d'obus à bord duquel le Belge Camille Jenatzy dépassa les 105 km/h à la fin du XIXe siècle trône à l'entrée du Mondial de l'automobile à Paris, non loin des stands high-tech des constructeurs français.

Un futur «modèle» français?

En visite vendredi matin, le président François Hollande a salué une industrie française en pleine «révolution technologique», capable de devenir un «modèle» en matière de véhicules électriques.

«La France sera un des piliers, un des exemples, un des modèles du véhicule à faible consommation et du véhicule électrique», a-t-il ajouté.

Toutefois, pour l'instant, les pages glorieuses de l'électrique «made in France» s'écrivent surtout au temps futur.

0,43% du marché

Il suffit de voir le nombre de voitures légères vendues en France de janvier à août 2014: 1,25 million. Parmi celles-ci, moins de 5500 voitures électriques, soit 0,43% du marché.

Renault, leader des ventes, a convaincu 2500 personnes d'acheter une Zoé depuis le début de l'année. Peugeot, qui commercialise la petite iOn en coopération avec Mitsubishi, en a écoulé...134 en huit mois.

Même son de cloche à l'étranger

La situation n'est guère plus brillante à l'étranger. Au niveau mondial, 200'000 voitures électriques ont été vendues en 2013, 290'000 devraient l'être en 2014, selon le cabinet de consultants PwC, qui prédit une hausse à 960.000 en 2020.

L'électrique aura alors, selon ces projections, 0,9% du marché mondial contre 0,2% en 2013 et 0,3% cette année.

Sous l'impulsion de son PDG Carlos Ghosn, Renault-Nissan a effectué des investissements massifs dans l'électrique, qui peinent pour l'instant à porter leurs fruits.

Pas le juste «retour sur investissement»

Le dirigeant, à qui un journaliste demandait s'il était satisfait des ventes, s'en est sorti par une pirouette jeudi, en affirmant qu'un patron de société n'était «jamais satisfait, sauf s'il est prêt à prendre sa retraite».

«Nous ne sommes pas heureux de nos ventes parce que nous avons toujours l'impression que nous investissons davantage et que nous n'obtenons pas le juste retour sur cet investissement», a-t-il reconnu.

Mais Carlos Ghosn persiste à affirmer que l'électrique a des jours radieux devant lui, en particulier grâce à la Chine. Ce pays, qui connaît une croissance très forte de son parc automobile mais subit aussi une grave pollution atmosphérique, s'est donné pour objectif de mettre cinq millions de voitures électriques sur les routes d'ici à 2020.

L'avantage restera aux pionniers

«Lorsque vous regardez d'où ils démarrent, c'est une augmentation énorme», a expliqué Carlos Ghosn, en disant sa confiance dans le fait que «nous ne pouvons pas nous passer de cette technologie» si l'on veut atteindre les objectifs d'émissions polluantes édictées par les gouvernements, en Chine, en Europe ou aux Etats-Unis.

Et alors, «il y aura un avantage énorme pour les pionniers de cette technologie», a encore prédit Carlos Ghosn, pour qui «ce n'est pas une stratégie à court terme» pour son entreprise.

Coup de pouce du gouvernement français

Le gouvernement français semble en tout cas décidé à donner un coup de pouce supplémentaire à l'électrique: le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a évoqué jeudi dans Les Echos «la création d'un superbonus qui sera porté jusqu'à 10'000 euros» pour les acheteurs de voitures zéro émission.

Seize mille bornes de recharge seront en outre installées d'ici à la fin de l'année avec une ambition de 16'000 de plus dans quatre ans, selon le ministre.

La Tesla, l'électrique version luxe

De son côté, le Californien Tesla, qui devrait écouler 35'000 berlines électriques «Model S» dans le monde cette année dont le tiers en Europe, veut installer 50 bornes d'ici fin 2015 en France, capables de recharger gratuitement la voiture en une heure pour 500 km d'autonomie, record actuel pour une électrique de grande série.

Mais la «Model S», même bonus gouvernemental actuel déduit, oblige encore à débourser quelque 72'500 francs.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.