À Nice, la justice révèle la filière suisse de l’oligarque Kerimov

ÉconomieHommes de paille suisses, enveloppes de billets et réseaux occultes éclatent au grand jour, dix jours après l’arrestation du baron des mines.

Süleyman Kerimov a été arrêté à Nice le 27 novembre.

Süleyman Kerimov a été arrêté à Nice le 27 novembre. Image: Getty Images

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Caution versée augmentée à 40 millions d’euros. Remise de son passeport russe. Interdiction de sortir du département des Alpes-Maritimes. S’ils lui ont épargné de passer par la case prison, les magistrats de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence n’ont pas pour autant relâché la pression sur le tout-puissant Süleyman Kerimov. Accusé de «blanchiment aggravé de fraude fiscale», l’oligarque, arrêté le 27 novembre dernier à l’aéroport de Nice, reste astreint à un strict contrôle judiciaire. Pendant ce temps, la justice française continue d’extirper les racines de ses réseaux financiers courant entre Nice, Lucerne et Genève.

La courtière russe bavarde

Et c’est bien Alexander Studhalter qui semble plus que jamais le fil d’Ariane reliant ces soupçons sur une vaste organisation de fraude fiscale. Ce Lucernois apparaît à l’occasion de l’acquisition auprès de la famille genevoise Borghetti d’une superbe propriété située dans le cap d’Antibes – la villa Hier – officiellement réglée 35 millions d’euros.

Rien a priori de répréhensible. Sauf qu’une courtière dans l’immobilier, d’origine russe, a levé le lièvre au cours d’une audition, selon des proches de l’enquête. Cette intermédiaire révèle alors l’identité du véritable acquéreur de la villa Hier: Süleyman Kerimov. Elle dévoile également que le montant réel de la transaction aurait atteint, surprise, 127 millions d’euros.

La courtière a reconnu avoir perçu 2 millions d’euros de commissions, rapidement transférés sur un compte en Suisse. Incarcérée quelques jours, la jeune femme a bénéficié hier d’une remise en liberté.

Un million pour le jardinier

Selon nos informations, les enquêteurs ont réussi à démontrer par la suite que des versements occultes en lien avec cette acquisition – à hauteur de 90 millions – avaient bien eu lieu sur des comptes bancaires en Suisse.

Cette transaction ne serait que la partie émergée de l’iceberg. Les enquêteurs auraient également établi qu’Alexander Studhalter aurait servi d’homme de paille pour l’acquisition de trois autres propriétés contiguës à la villa Hier, toujours pour des montants très inférieurs à la réalité. Au total, ce seraient ainsi 400 millions d’euros qui auraient été soustraits au regard du fisc français, pour un préjudice chiffré en dizaines de millions d’euros.

Témoignages, filatures, écoutes et réquisitions bancaires auraient mis à jour les virements opérés par Kerimov sur des comptes helvétiques et monégasques, établissant le lien entre l’oligarque et son conseiller financier, Alexander Studhalter.

D’importants retraits en espèces – en Suisse, mais aussi à Monaco – ont été identifiés. Ces coupures étaient destinées à tout le petit monde de l’oligarque opérant sur place, à Nice: personnel, artisans ou paysagistes… Ces éléments ont conduit à la mise en examen d’un Français officiant en tant que régisseur des quatre propriétés qui seraient contrôlées clandestinement par Kerimov. Il est accusé d’avoir recueilli en Suisse les enveloppes bourrées de billets avant de faire la distribution à Nice.

Alexander Studhalter aurait, d’après l’enquête, joué un rôle actif dans ces versements. Ainsi, un paysagiste aurait perçu entre 1 et 2 millions d’euros au «black». Et c’est Süleyman Kerimov qui alimentait le circuit en procédant à d’importants virements sur l’un des comptes du Suisse.

«Aucun lien avec Kerimov»

Contacté, Alexander Studhalter se refuse toujours à évoquer cette affaire. Son entourage indique simplement que le Suisse avait acheté ces joyaux du cap d’Antibes – pour son propre compte. Et ce, afin de créer un ensemble immobilier rassemblant les quatre propriétés et une cinquième, située entre les villas Medi Roc et Hier. L’échec de ce dernier rachat aurait fait capoter le projet, pharaonique.

Alexander Studhalter «n’a plus aujourd’hui d’investissements conjoints avec Süleyman Kerimov», martèle son entourage. Pour le reste, le discours n’a pas varié depuis le début de l’affaire. Le Lucernois a acheté la villa Hier en mai 2008 pour un prix de 35 millions d’euros. Et ce dernier n’est «en rien informé ni concerné» par les déclarations fiscales du vendeur de la propriété, la famille Borghetti.

(24 heures)

Créé: 07.12.2017, 07h10

Articles en relation

La Suisse enquête sur l’oligarque arrêté à Nice

Economie Le Valais coordonne l’appui fourni à la France sur l’affaire Kerimov. Près de 40 personnes et une dizaine de banques sont concernées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des dizaines d'automobilistes ont été bloqués dans le Chablais, pendant plusieurs heures pour certains. La situation était également chaotique sur les routes secondaires parsemées de congères.
(Image: Bénédicte) Plus...