Et voilà le nouveau billet de 50 francs!

SuisseLa BNS vient de dévoiler la nouvelle coupure. Elle met en avant le vent et l'aventure et sera en circulation dès mardi prochain.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La BNS a présenté mercredi le nouveau billet de 50 francs, première des six coupures à entrer en circulation mardi, avec six ans de retard sur le calendrier initial. Plus petites, elles arborent un graphisme illustrant une «Suisse aux multiples facettes».

Alors que le thème initialement choisi pour cette neuvième série de billets de banque était «La Suisse ouverte au monde», les six nouvelles coupures représentent finalement un pays «aux multiples facettes», ont indiqué mercredi les responsables de la Banque nationale suisse (BNS) lors d'une conférence de presse tenue en allemand, en italien et en français à Berne.

Président du directoire de la banque centrale, Thomas Jordan a expliqué que ce changement de cap permettait «non seulement de représenter magnifiquement notre pays, mais aussi de disposer d'une marge de manœuvre nettement plus grande pour la conception de la série».

Identité imprimée

Deuxième du concours lancé en 2005 par la BNS, c'est pourtant bien le projet de Manuela Pfrunder qui a été choisi en 2007 puis progressivement développé. Pour rappel, le lauréat, le graphiste biennois Manuel Krebs, avait déclenché une polémique en faisant figurer un crâne humain sur le billet de 1000 francs.

«Il a fallu décider avec quels projets nous pouvions réaliser cette série au mieux. Gagner le concours n'est pas une garantie», a argumenté Thomas Jordan.

L'équipe de la graphiste lucernoise a illustré pour chaque coupure un aspect jugé typique de la Suisse. Elles sont reliées entre elles par des éléments graphiques récurrents que sont le globe, la main, un lieu en Suisse et un objet figuratif.

«Ce qui réunit à son tour ces éléments sur une coupure donnée, c«est le protagoniste, qui raconte chaque fois, à l«aide de ces éléments, une histoire dont il est lui-même le sujet», a imagé Manuela Pfrunder. Exit donc les personnages emblématiques de la Suisse figurant sur les actuels billets.

«Ce n'est pas la première fois que la BNS émet des billets sans personnalités dessus», a défendu Thomas Jordan, préférant se tourner vers l'avenir qu'en direction du passé.

Sécurité augmentée

Le vent constitue l'élément principal du nouveau billet de 50 francs, qui présente la Suisse comme «un pays invitant à l'aventure». Le temps, la lumière, l'eau, la matière ou la parole seront respectivement arborés sur les autres coupures.

La difficulté a été de concilier ces aspects graphiques avec des éléments technologiques novateurs. La complexité des nouveaux éléments de sécurité, puis une révision du système de sécurité de l'imprimeur Orell Füssli après un vol d'anciennes coupures de 1000 francs, ont amené la BNS à reporter plusieurs fois le lancement des nouvelles coupures.

Un nouveau substrat a été choisi, permettant une meilleure durabilité, a détaillé Fritz Zurbrügg, vice-président de la direction de la BNS. Le Maroc et le Kazakhstan utilisent déjà un papier similaire, mais la version helvétique est encore plus moderne, a précisé Thomas Jordan.

Une quinzaine d'éléments de sécurité sont intégrés dans les nouvelles coupures, a poursuivi Andréa Maechler, membre de la direction de l'institut d'émission. Filigrane, microtexte, microperforation, éléments transparents, bande de sécurité ou encore globe scintillant en font notamment partie.

Billets de 1000 maintenus

Pour la suite, la coupure de 20 francs, déjà en cours de production, sera mise en circulation au printemps 2017. Suivront celles de 10, 200, 1000 et 100 francs, à des intervalles de six mois ou d«un an d«ici à fin 2019. La BNS communiquera en temps opportun les dates exactes d«émission.

Concernant les billets de 1000 francs, Thomas Jordan a déclaré qu'il n'était pas prévu de les retirer. «Ils font partie de la Suisse, et de cette nouvelle série», a-t-il affirmé à plusieurs reprises.

Cette annonce intervient alors que des discussions ont lieu au niveau international pour renforcer la sécurité d'une autre grande coupure, le billet de 500 euros, dont certains craignent qu'elle ne facilite les transferts de cash du grand banditisme et du terrorisme.

Les billets suisses de l'actuelle série gardent leur statut de moyens de paiement ayant cours légal jusqu'à nouvel avis. Ils seront progressivement remplacés par les nouvelles coupures et circuleront en parallèle. (nxp)

Créé: 06.04.2016, 09h32

Gestation pénible

La concrétisation de la 9e série de billets de BNS a connu une gestation difficile. La nouvelle coupure de 50 francs, la 1ère du lot, présentée mercredi à Berne, a 6 ans de retard.

Pour mémoire, à l'issue du concours d'idées lancé aux graphistes en 2005, la mise en circulation de la nouvelle série de billets avait été annoncée pour 2010.Mais la mise au point technique et les premiers tests de production avaient révélé la complexité des nouveaux éléments de sécurité. La BNS a ainsi reporté une première fois leur lancement à l'automne 2012 pour des ajustements techniques.

C'était sans compter sur des ennuis survenus dans la phase de production industrielle à l'automne 2011. Invoquant des problèmes techniques, la BNS avait ensuite également admis le vol de quelque 1800 billets de 1000 francs pendant leur phase de production chez Orell Füssli.La société, qui imprime les billets de banque suisses depuis 1911, avait alors dû revoir son système de sécurité.Des complications qui avaient forcé l'institution à reporter une nouvelle fois la mise en circulation et avaient au passage enfoncé Orell Füssli dans les chiffres rouges, déjà affecté par les retards successifs.

Fin 2013, Jean-Pierre Danthine, alors vice-président de la banque centrale, avait évoqué un lancement «pas avant 2015». En mai 2014, la BNS annonçait que le papier de sécurité avait pu lui être livré par l'entreprise grisonne Landqart SA. Et c'est finalement mardi prochain que le chaland pourra toucher pour de bon les nouvelles coupures de 50 francs.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Soumise au vote populaire le 4 mars prochain, l'initiative «No Billag» vise à supprimer la redevance radio et télévision. Si tel devait être le cas, la RTS fermerait boutique, selon son directeur, publié le 22 novembre 2017
Plus...