Le nouveau directeur de Nestlé est applaudi par le marché

Changement de managementUne fois la surprise passée, le marché salue l'arrivée du nouveau directeur général Ulf Mark Schneider, manager très apprécié en Allemagne.

Le nouveau directeur général de Nestlé, Ulf Mark Schneider

Le nouveau directeur général de Nestlé, Ulf Mark Schneider Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le marché a salué la nomination annoncée lundi après la clôture du double national Allemand-Américain Ulf Mark Schneider comme nouveau directeur général de Nestlé SA à partir du 1er janvier 2017. Il remplacera Paul Bulcke, qui prendra la place de Peter Brabeck-Letmathe comme président du conseil d'administration de la multinationale vaudoise.

L'âge limite de départ à la retraite atteint, Peter Brabeck-Letmathe abandonnera toutes ses fonctions au conseil d'administration du groupe leader mondial de l'alimentation.

Unanimité du conseil d'administration

Le timing a étonné (octobre était attendu pour cette annonce), ainsi que le fait que pour la deuxième fois de son histoire de 150 ans, le groupe de Vevey a nommé un nouveau directeur extérieur à la multinationale.

«Comme cela est toujours le cas lorsqu'il s'agit de remplacer un poste à ce niveau de responsabilité, des candidatures internes et externes ont été prises en considération. Ulf Mark Schneider a été approuvé à l'unanimité par les membres du conseil d'administration de Nestlé», explique à ce propos Nina Kruchten, porte-parole du groupe.

Nouvelle période passionnante d'acquisitions

Une fois remis de leurs émotions, les analystes ont souligné qu'une «période nouvelle et passionnante s'ouvre pour l'entreprise, où Ulf Mark Schneider va déclencher d'une part une réduction du portefeuille de produits, particulièrement dans les sucreries et les produits surgelés aux Etat-Unis, ainsi que dans la charcuterie Herta, et deuxièmement, accélérer ses acquisitions dans le domaine de la nutrition, de la santé et du bien-être», analyse Jean-Philippe Betschy, auprès de la banque Vontobel.

Parlant d'une décision «courageuse» que celle de nommer un nouveau directeur externe, qui pourra s'accompagner du départ de top managers déçus de ne pas avoir décroché la timbale, Patrick Schwendimann de la Banque cantonale de Zurich partage aussi l'avis que Nestlé va se lancer dans d'autres acquisitions en lien avec la stratégie du groupe de se développer dans l'activité nutrition, santé, bien-être.

Andreas von Arx (Baader Helvea) estime, lui, qu'on assiste chez Nestlé à «un changement de génération (le nouveau directeur a 50 ans), qui doit être aussi compris comme une réaction du groupe après avoir manqué son objectif d'une croissance annuelle organique (sans acquisitions) de 5 à 6%».

La santé et la dermatologie changent de statut

Cette nomination s'accompagne aussi «de la finalisation de l'intégration des deux divisions Nestlé Health Science SA, ainsi que de Nestlé Skin Health SA, (très connue avec ses marques Spirig Galderma) au sein de l'organisation Nestlé et rapportant directement au nouveau CEO à partir de son entrée en fonction», poursuit la porte-parole de Nestlé SA. «Il est très possible que les directeurs de ces deux activités entrent dès lors dans la direction générale élargie de Nestlé», ajoute Nina Kruchten.

Comme avec Peter Brabeck-Letmathe, Paul Bulcke endossera la fonction d'un président actif non-executif, signifiant qu'il «développera activement la stratégie du groupe», précise encore la porte-parole de la multinationale.

Paul Bulcke apportera sa très importante compétence dans le domaine des produits de grande consommation, tandis que le profil de Ulf Mark Schneider lui permettra de compléter l'équipe opérationnelle qui a déjà fait ses armes dans les produits médicaux. En effet, comme l'indique l'analyste auprès de Baader Helvea, «le directeur financier du groupe, François-Xavier Roger, a fait aussi carrière dans le domaine médical-pharmaceutique».

Engagé pour assurer la croissance à Nestlé

Ulf Mark Schneider a certes dirigé une entreprise avec un chiffre d'affaires bien inférieur (de 28 milliards d'euros, contre 89 milliards de francs pour Nestlé). Mais Fresenius, l'entreprise dirigée par le germano-américain spécialisée dans les produits pour les dialyse, «compte un nombre comparable d'employé (220 000 au lieu de 350 000 pour Nestlé), et surtout est présent aussi dans une centaine de pays».

Ulf Mark Schneider a surtout «assuré à Fresenius une croissance très importante durant ses 13 années à sa tête», souligne la porta-parole du groupe veveysan.

Ulf Mark Schneider est «un manager très respecté, particulièrement en Allemagne, où il s'est distingué par ses capacités à penser stratégiquement. Il a aussi été à deux reprises été nommé manager de l'année par deux publications», ajoute encore Andreas von Arx, auprès de Baader Helvea.

A 10h48, le titre Nestlé avançait de 2,88%, sur un marché bien orienté.

Créé: 28.06.2016, 11h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.