Nouveaux éléments dans l'affaire des listes de Falciani

Evasion fiscaleDe nouveaux éléments poussent L'Agefi à suggérer que les listes de l'ex-employé de la banque HSBC Hervé Falciani ont subi des modifications avant même que la justice ne s'en saisisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que le monde découvre les noms des personnalités françaises figurant sur les listes d'évadés fiscaux fournies par Hervé Falciani à la justice, L'Agefi persiste et signe. Le quotidien suggère ce vendredi que ces listings ont pu être falsifiés en plusieurs étapes.

Un premier article paru le 22 janvier dernier affirmait que les listes livrées par l'ex-informaticien d'HSBC avaient bel et bien été falsifiées, retirant ainsi le conditionnel employé par Le Monde quelques mois auparavant.

Ce vendredi 31 janvier, L'Agefi estime que les services secrets français ont pu avoir l'exclusivité de ces listes pendant plusieurs semaines, et ainsi la possibilité d'opérer de «premières falsifications (...), indépendantes des suivantes (vraisemblablement attribuables au fisc)» français.

Retracer l'accès aux listes

Le quotidien retrace la livraison des listes volées à HSBC, remontant jusqu'à l'année 2008. «Avant d’être remis à la justice française, les fichiers ont été sortis d’un ordinateur portable de Falciani par des services secrets (non identifiés précisément) à Saint-Julien-en-Genevois, localité française à la frontière suisse, lors d’un rendez-vous», explique L'Agefi.

D’après Hervé Falciani, il s’agissait alors de les «sécuriser». «Ces services, qui les ont eus en leur possession de manière apparemment exclusive, les ont ensuite réintroduits plusieurs semaines plus tard dans le sud de la France (quelques jours avant une perquisition chez Falciani). C’est seulement lors de cette perquisition qu’ils sont entrés dans le circuit judiciaire et fiscal.»

Que s'est-il passé dans l’intervalle? «De premières falsifications ont pu avoir lieu», constate le quotidien financier.

Nouvelles personnalités visées

En attendant que toute la lumière soit faite sur de potentielles falsifications, Médiapart dévoile les noms de nouvelles personnalités apparaissant sur ces fichiers.

Complétant ainsi une première fournée de noms livrée par Le Monde, Médiapart affirme que Jacques Dessange, Jeanne Moreau, ou encore Michel Piccoli ont détenu des comptes non déclarés dans la filiale suisse de la banque HSBC.

Comme les précédentes personnalités pointées du doigt, «ils sont nombreux à avoir régularisé leur situation lorsque l’existence de ces fichiers a été révélée, il y a quatre ans et demi, par l’ancien ministre du Budget Eric Woerth», précise le webzine.

Créé: 31.01.2014, 04h13

Articles en relation

Dans les entrailles des fichiers livrés par Hervé Falciani

Révélations Le Monde a eu accès aux quelque 2900 noms de fraudeurs potentiels épinglés par les fichiers volés à HSBC Genève par son ex-employé Hervé Falciani. Parmi eux, «deux monstres sacrés du cinéma français». Plus...

Falciani nie avoir tenté de monnayer ses informations

Evasion fiscale L'ancien informaticien de la banque HSBC Hervé Falciani a démenti sur la RTS avoir cherché à négocier la somme de 1000 dollars par nom de fraudeur. Plus...

La France aurait falsifié les listes d'évadés fiscaux

IMPÔTS Le quotidien financier Agefi affirme sur son site que la France a falsifié les listes d'évadés fiscaux en Suisse livrées par l'ex-informaticien d'HSBC Hervé Falciani. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.