«Novartis Access» au chevet des plus démunis

MédicamentsLa multinationale bâloise fait le grand écart entre sauver des vies sur le long terme et ouvrir de nouveaux marchés dans le tiers-monde

Contrôle de la pression sanguine par Panina Nyawira (g.), une participante à une initiative sociale de Novartis visant à sensibiliser à l’importance des diagnostics.

Contrôle de la pression sanguine par Panina Nyawira (g.), une participante à une initiative sociale de Novartis visant à sensibiliser à l’importance des diagnostics. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comment assurer, de façon durable, aux populations les plus déshéritées de la planète, un accès aux médicaments soignant les maladies chroniques les plus importantes tout en permettant à l’industrie pharmaceutique de s’assurer sur le moyen terme de nouveaux marchés? Une réponse inédite à cette question s’appelle «Novartis Access». Il s’agit d’un programme lancé par la multinationale bâloise il y a deux mois, et à propos duquel elle a organisé hier une conférence pour informer sur son avancement. «Novartis Access» veut mettre d’ici à cinq ans à disposition de 30 pays parmi les plus pauvres du monde quinze médicaments de Novartis permettant de traiter les maladies cardiovasculaires et respiratoires, le diabète et les cancers, les plus répandus, au prix d’un dollar le traitement par mois et par patient. Le Kenya recevra ses premières livraisons au tournant de l’année, l’Ethiopie et le Vietnam suivront.

Comme l’a expliqué devant l’audience le directeur de Novartis, Joseph Jimenez, «l’approche philanthropique consistant à offrir gratuitement des traitements ne suffit pas». N’étant pas inscrite dans le modèle d’affaires d’une entreprise pharmaceutique, le risque est très important qu’une telle initiative gratuite soit stoppée dès qu’un changement à lieu dans la direction. A l’inverse, le directeur de Novartis a souligné qu’«Access» consiste en la mise sur pied «d’un nouveau modèle d’affaires, qui doit être autoporteur financièrement quand la livraison de médicaments atteindra le volume prévu pour la trentaine de pays visés», ce qui assurera sa pérennité.

Bâtir une bonne réputation

Il s’agit de «s’établir sur le marché des consommateurs à faibles revenus en nous construisant une bonne réputation qui portera ses fruits dans dix ou vingt ans, quand ces pays (ndlr: pauvres mais à fort potentiel) se seront développés», a dit Joseph Jimenez.

Existe-t-il alors un risque de contradiction sur la finalité d’«Access» avec les partenaires de Novartis, ce programme ne consistant pas seulement à sauver des vies? Cette question semble d’autant plus à propos que Joseph Jimenez a reconnu lui-même lors de son allocution que «les groupes pharmaceutiques sont vus avec méfiance», et qu’il ne «s’agit plus seulement d’avoir un comportement juridiquement, mais aussi éthiquement irréprochable»?

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à Genève, qui distribuera les médicaments Novartis au Kenya, botte en touche. Présente à la conférence, Olaug Bergseth, membre de son département des relations internationales, ne «se sent pas du tout instrumentalisée par Novartis, ce programme permettant effectivement de sauver des vies, ce qui est le plus important.»

«Débat dépassé»

Elle qualifie le débat actuel sur l’instrumentalisation des ONG par les multinationales de «dépassé. chaque organisation et entreprise faisant chacune de son côté son analyse des risques réputationnels». Un des grands défis du programme sera de réduire au minimum le nombre d’intermédiaires pour que le prix d’un dollar à la «sortie d’usine» ne soit pas trop multiplié. (24 heures)

Créé: 28.11.2015, 19h30

Articles en relation

L’ex-centre de Novartis pourrait fermer à Saint-Aubin

Broye Racheté l’an dernier par Elanco, le centre de recherche animale devrait fermer à Saint-Aubin. Quelque 80 postes pourraient disparaître, dont une quinzaine de gens vivant dans la région. Plus...

L'Euceta et le Vita-Merfen tirent leur révérence

Armoire à pharmacie Novartis ne produit plus ses pommades cultes. Une aubaine pour les petits fabricants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.