Passer au contenu principal

BilanNovartis affiche une performance en repli

Les ventes et les bénéfices du groupe pharmaceutique sont en baisse au premier trimestre 2016.

Keystone

Sous la pression de la vigueur du dollar et de la concurrence des génériques, Novartis affiche une performance en repli après trois mois en 2016. Alors que ses ventes ont baissé, le géant pharmaceutique bâlois a dégagé un bénéfice net de base de 2,79 milliards de dollars pour ses activités poursuivies, en chute de 13% sur un an.

Le bénéfice net, toujours pour les activités poursuivies, s'est pour sa part monté à 2 milliards dollars (1,94 milliard de francs), subissant également une chute de 13%, a précisé jeudi Novartis. Les indicateurs de base - «core» dans le jargon du laboratoire établi à Bâle, excluent les effets de change, les correctifs de valeur, les amortissements, les coûts de restructuration supérieurs à 25 millions de dollars et les éléments jugés exceptionnels.

A 2 milliards de dollars (1,94 milliard de francs), le bénéfice net total du groupe a lui dégringolé de 85%. La chute reflète la performance des activités abandonnées, laquelle s'était inscrite à fin mars 2015 à 12,8 milliards de dollars, reflet des gains uniques liés au recentrage des activités et à la conclusion de transactions croisées avec le britannique GlaxoSmithKline (GSK).

Le chiffre d'affaires des activités poursuivies s'est inscrit à 11,6 milliards de dollars (11,25 milliards de francs), 3% de moins qu'au premier trimestre 2015. A taux de change constants, les ventes ont en revanche progressé de 1%.

Repli pour le Glivec

Le résultat d'exploitation s'est pour sa part monté à 2,45 milliards de dollars, en baisse de 12% sur un an. A taux de change constants, le tassement s'est réduit à 5%. Outre l'appréciation du dollar, la contraction reflète principalement la perte de l'exclusivité du traitement phare contre le cancer Glivec/Gleevec aux Etats-Unis et la concurrence des génériques.

Novartis mentionne également le poids des investissements destinés à soutenir les nouveaux lancements ainsi que la réorganisation en profondeur de la division des produits ophtalmologiques Alcon, annoncée elle en début d'année. Le bénéfice opérationnel de base s'est tassé lui de 11% à 3,3 milliards de dollars.

Dans le détail des trois divisions du groupe, Pharmaceuticals, unité principale de Novartis, a subi un tassement de ses revenus de 3% à 7,73 milliards de dollars. Ceux de Sandoz, qui commercialise les génériques, ont stagné à 2,45 milliards de dollars, alors que les ventes d'Alcon se sont tassées de 7% à 1,43 milliard de dollars.

Novartis indique avoir achevé en début de mois le transfert des médicaments ophtalmologiques d'Alcon vers Pharmaceuticals. Des investissements ont été consentis pour promouvoir et optimiser les activités chirurgicales de la division ophtalmologique.

Investisseurs satisfaits

Les ventes du groupe se sont révélées inférieures aux attentes des analystes, lesquels, sondés par l'agence awp, tablaient sur un montant moyen de 11,76 milliards de dollars. A 3,26 milliards de dollars, le résultat opérationnel «core» a en revanche dépassé les anticipations de 3,15 milliards de dollars.

Les investisseurs sont eux restés de marbre face au repli subi par Novartis en ce début d'année. Vers 10h30 à la Bourse suisse, le titre du laboratoire rhénan gagnait 0,61% à 74,50 francs, alors que dans le même temps, l'indice Swiss Market Index (SMI) des valeurs vedettes fléchissait légèrement (-0,13%).

L'anticancéreux Glivec/Gleevec est resté de loin la principale source de revenus de Novartis, malgré un plongeon de ses ventes de 22% à 834 millions de dollars, conséquence de la concurrence d'un générique. Il est suivi par le Gylenia, destiné au traitement de la sclérose en plaques, dont le chiffre d'affaires s'est étoffé de 9% à 698 millions de dollars.

Le médicament contre la dégénérescence maculaire liée à l'âge, Lucentis, complète le podium avec des revenus de 452 millions de dollars, en chute de 16%. Les ventes des traitements jugés le plus prometteurs pour Novartis ont progressé de 24%, leur part au chiffre d'affaires total atteignant 34%.

Concurrence accrue des génériques

Parmi ces derniers, Entresto a vu ses ventes tripler à 17 millions de dollars, après des débuts difficiles. L'accroissement reflète notamment l'élargissement de son accès aux patients américains bénéficiant de l'assurance Medicare. Le chiffre d'affaires annuel du traitement contre l'insuffisance cardiaque devrait bondir à 200 millions de dollars en 2016.

Evoquant l'ensemble de l'exercice en cours, Novartis indique viser des ventes comparables à celles de l'an dernier, à taux de change et périmètre de consolidation constants. L'impact de la concurrence des génériques pourrait cependant s'avérer plus conséquent qu'en 2015, à 3,2 milliards de dollars, contre 2,2 milliards de dollars.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.