Passer au contenu principal

Industrie pharmaceutiqueNovartis cessera momentanément ses activités au Japon

Pour avoir dissimulé les effets secondaires graves de plusieurs médicaments, Novartis a reçu une sanction du ministère japonais de la santé.

Le Japon est le deuxième plus important marché pharmaceutique au monde. L'année passée, les ventes de médicaments de Novartis dans le pays ont représenté environ quatre milliards de dollars (3,7 milliards de francs).
Le Japon est le deuxième plus important marché pharmaceutique au monde. L'année passée, les ventes de médicaments de Novartis dans le pays ont représenté environ quatre milliards de dollars (3,7 milliards de francs).
AFP

La firme pharmaceutique bâloise se voit frappée d'une interdiction d'exercer ses activités sur sol nippon pour une durée limitée. Les conséquences financières de cet arrêt devraient être gérables, a indiqué mardi Novartis. La sanction demeurait attendue: l'entreprise prédisait ce risque dans son dernier rapport annuel.

Les produits incriminés sont les médicaments destinés à lutter contre la leucémie, Glivec et Tasigna. Afinitor, un remède contre le cancer du sein, figure aussi sur le banc des accusés. Au niveau de la durée de la suspension, Novartis ne fournit aucune indication. L'agence de presse japonaise Kyodo, qui cite des sources proches du dossier, évoque une quinzaine de jours.

Eclaboussée par un autre scandale

En juillet dernier, la société s'était excusée de ne pas avoir informé les services publics, durant le délai prescrit, des effets secondaires de ses produits thérapeutiques, Glivec et Tasigna.

En avril déjà, l'entreprise pharmaceutique avait remplacé les principaux dirigeants de sa filiale japonaise. Les méthodes utilisées dans les études cliniques des thérapies de la leucémie s'étaient, en effet, avérées douteuses.

«Publicité mensongère et exagérée»

Au début de l'année 2014, Novartis a également été sous le coup d'une plainte du ministère japonais de la santé «pour publicité mensongère et exagérée» concernant un médicament contre l'hypertension, le Diovan. Les accusations ont aussi porté sur un ancien collaborateur du groupe. A cause du scandale, Novartis a perdu un quart de ses recettes au pays du Soleil Levant.

Le Japon est le deuxième plus important marché pharmaceutique au monde. L'année passée, les ventes de médicaments de Novartis dans le pays ont représenté environ quatre milliards de dollars (3,7 milliards de francs). Le chiffre d'affaires de l'entreprise s'est, quant à lui, élevé à 58 milliards de dollars. Le Japon représente 7% des ventes totales de la firme.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.