Eveline Widmer-Schlumpf perd un partenaire à Washington

Conflit fiscalLe numéro deux du Département américain de la justice, le vice-procureur général James Cole, démissionne. L'homme était très impliqué dans les négociations avec la Suisse et sa collaboration avec Berne avait été appréciée.

James Cole occupait le poste de vice-procureur général  depuis fin 2010. (Photo d'illustration)

James Cole occupait le poste de vice-procureur général depuis fin 2010. (Photo d'illustration) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Fin septembre, le ministre américain de la justice Eric Holder avait déjà présenté sa démission. De son côté, James Cole restera en poste jusqu'à la fin de l'année au sein du département, afin de soutenir la transition vers une nouvelle direction, ont annoncé jeudi 16 octobre les autorités.

James Cole était également impliqué dans les négociations menées dans le cadre du conflit fiscal entre la Suisse et les Etats-Unis. Il avait notamment signé une déclaration conjointe avec l'ambassadeur helvétique Manuel Sager, visant à résoudre le litige.

Il avait également joué un rôle central dans l'arrangement conclu entre les autorités américaines et Credit Suisse. La grande banque avait écopé d'une amende de 2,5 milliards de francs.

Son remplaçant inquiète Berne

En marge de la réunion annuelle du Fonds monétaire international (FMI) la semaine dernière à Washington, Eveline Widmer-Schlumpf avait salué la qualité du contact avec MM. Holder et Cole. L'apparition d'un nouveau titulaire pourrait venir compliquer la donne, avait toutefois noté la conseillère fédérale.

Agé de 62 ans, James Cole occupait ce poste depuis fin 2010. Il s'était notamment impliqué pour une réduction des peines de prison en cas de délits sans violence liés à la drogue et pour des programmes de réinsertion des prisonniers libérés. Parmi ses successeurs potentiels, figurent la procureure de Brooklyn, Loretta Lynch, et celle d'Atlanta, Sally Yates.

(ats/nxp)

Créé: 17.10.2014, 09h12

Articles en relation

Que faire avec les données bancaires des Suisses à l'étranger?

Conflit fiscal Avec l'échange automatique d'informations dès 2018, la Suisse recevra des données en provenance de l'étranger. De quoi permettre de taxer les Helvètes ayant fortune et revenus hors des frontières. Plus...

Le conflit avec l'UE sur la fiscalité des entreprises prend fin

Nouvelle ère Berne et les ministres des finances de l'Union européenne ont mis fin à un litige vieux de 10 ans en signant une déclaration commune sur la fiscalité des entreprises. Plus...

L'administration Obama vole au secours du Credit Suisse

Conflit fiscal Le Credit Suisse a su faire jouer ses atouts aux États-Unis pour éviter le pire. Une condamnation de la banque mettrait en péril notamment des fonds de pensions américains. Plus...

Les banques suisses auraient perdu 350 milliards

Conflit fiscal Les institutions bancaires helvétiques font face à des pertes importantes en raison de la répression fiscale internationale, selon une étude de Pricewaterhouse Coopers AG (PwC). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.