L'OCDE abaisse ses prévisions de croissance

ConjonctureL'Organisation de coopération et de développement économiques table désormais sur une croissance mondiale de 3% pour 2016.

Image: Archives/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'OCDE brosse un tableau pessimiste de l'économie mondiale, abaissant encore ses prévisions de croissance, mettant en garde contre les risques de crise financière, contre les risques politiques, notamment en Europe, et appelant une meilleure coordination des politiques de relance.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) table désormais sur une croissance mondiale de 3% pour cette année, contre 3,3% en novembre dernier quand elle avait déjà amputé ses prévisions de 0,3%.

«L'abaissement des prévisions est généralisé, reflétant une gamme étendue de données décevantes au quatrième trimestre 2015 et la récente faiblesse et volatilité sur les marchés financiers mondiaux», a estimé jeudi l'organisation internationale, «déçue» par le ralentissement des pays émergents frappés par la chute des matières premières et par la «très modeste» reprise des économies avancées.

Stagnation en vue

«La croissance du PIB mondial ne devrait pas être supérieure cette année à celle de l'année dernière, qui était déjà la plus lente des cinq dernières années», a-t-elle prévenu.

Pour 2017, elle abaisse également sa première prévision publiée il y a trois mois de 3,6 à 3,3%, se basant sur de «récentes données décevantes» sur la croissance mondiale.

«La croissance ralentit dans de nombreuses économies émergentes et la reprise est très modeste dans les économies avancées avec des prix bas qui dépriment les exportateurs de matières premières», constate l'OCDE qui, comme le FMI en janvier, se voit contrainte de revoir à la baisse ses chiffres.

L'organisation taille dans pratiquement toutes ses prévisions: elle ampute de 0,5% celle des Etats-Unis à 2% et celle de l'Allemagne qui recule à 1,3%. La France reste pratiquement stable (-0,1%) à 1,2%, soit un niveau inférieur au 1,5% de croissance attendue par le gouvernement.

Si les prévisions pour la Chine restent sans changement à 6,5% et celles de l'Inde gagnent même 0,1% à 7,4%, le Brésil est le pays le plus sévèrement dégradé par l'OCDE, qui prévoit désormais une récession atteignant -4% en 2015, contre -1,2% il y a trois mois.

Mieux se concerter

Commentant la très grande nervosité des marchés financiers depuis le début de l'année, l'institution basée à Paris alerte sur des «risques substantiels d'instabilité financière» et prévient que certaines économies émergentes «sont particulièrement vulnérables à des mouvements aigus des taux de change et aux effets d'une forte dette domestique».

Elle interpelle aussi les leaders politiques, souhaitant une meilleure concertation, «une réponse politique collective» plus forte, à quelques jours d'une réunion des ministres des finances du G20 à Shanghai.

«Une réponse collective de politique budgétaire plus forte est nécessaire pour soutenir la croissance et offrir un environnement plus favorable aux réformes structurelles» nécessaires, selon l'OCDE.

«La politique budgétaire est aujourd'hui restrictive dans la plupart des grandes économies», ajoute-t-elle.

Enfin, elle s'inquiète de la situation en Europe et appelle les pays membres à «parler d'une seule voix afin de promouvoir l'unité et la croissance», citant notamment les divergences surgies lors de la crise des migrants, «les menaces extérieures à la sécurité, l'impopularité des mesures d'austérité et les forces centrifuges dans un certain nombre de pays», dans une allusion implicite à des cas comme la Catalogne.

«Ces incertitudes politiques risquent de ralentir encore plus les investissements et pourraient conduire à des conditions financières plus difficiles», explique l'organisation. (ats/nxp)

Créé: 18.02.2016, 12h38

Articles en relation

Privatiser Swisscom? Le SECO examine l'idée

Télécommunications L'OCDE accuse l'opérateur helvétique de freiner la concurrence. Plus...

L'OCDE tacle l'opérateur, qui répond

Swisscom Le géant des télécommunications s'est défendu de bénéficier d'avantages quasi monopolistiques. Plus...

La Suisse, cinquième havre fiscal des pays développés

Impôts La Suisse fait partie des pays de l’OCDE où les impôts sont les plus faibles comparés au PIB. Plus...

Charge fiscale record dans les pays de l'OCDE

Imposition La charge fiscale dans les pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques s'est élevée en 2014 à 34,4% du PIB. Plus...

L’OCDE alerte la Suisse sur sa prospérité menacée

Rapport 2015 Selon l’organisation internationale, domiciliée à Paris, l’économie helvétique souffre entre autres d’une faible productivité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.