L'OCDE prévoit 1,9% de croissance en 2013 en Suisse

ConjonctureL'OCDE a révisé à la hausse sa prévision de croissance pour 2013 en Suisse: après l'avoir estimée à +1,4% en mai, les experts la voient maintenant à +1,9%, plus proche des autres prévisions conjoncturelles.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tous les experts et les instituts de prévisions conjoncturelles avaient déjà révisé à la hausse leurs estimations de croissance du PIB suisse. Ne restait que l'OCDE dont les chiffres étaient en retrait: en mai dernier, les experts de l'Organisation de coopération et de développement économiques envisageaient une croissance du PIB de 1,4%.

Mardi 19 novembre, dans le cadre des dernières études sur la conjoncture, leur estimation a été sensiblement revue à la hausse. Selon eux, la croissance de l'économie helvétique pourrait atteindre 1,9% en 2013.

Deuxième révision à la hausse

C'est la deuxième fois que l'OCDE révise à la hausse sa prévision de croissance pour la Suisse en 2013. Estimée à +1,1% voici un an, elle avait déjà gagné quelques précieuses décimales lors de l'étude publiée en juin (+1,4%). Désormais elle flirte donc avec les 2%.

L'OCDE appuie cette révision notamment sur l'accélération de la croissance du PIB (produit intérieur brut) au premier semestre. Traditionnellement appuyée sur les exportations, la croissance suisse aurait pu souffrir du franc fort et de la faiblesse de ses partenaires de la zone euro, mais la demande intérieure (et particulièrement la consommation des ménages) a pris le relais, même si la demande extérieure conserve une (faible croissance).

Pas d'impact positif sur l'emploi avant 2015

A l'export, ce sont surtout les biens qui souffrent, tandis que les services continuent de bien se vendre à l'étranger. Le taux plancher sur le marché des devises entre franc et euro a permis d'atténuer les effets d'une monnaie trop forte. Le tourisme, fortement impacté par le franc fort depuis de longs mois, voit ses résultats s'améliorer.

Cette embellie sur le front de la croissance ne devrait toutefois pas avoir d'impact significatif sur l'emploi: le taux de chômage devrait rester aux alentours de 4,4% fin décembre. C'est à l'horizon 2015 que les experts de l'OCDE entrevoient la baisse du chômage, si la Banque nationale suisse (BNS) maintient le cap au niveau des taux.

Des prévisions qui rejoignent d'autres estimations

Les taux justement, devraient demeurer très bas. La seule inconnue, pour les experts de l'OCDE, réside dans une reprise de l'inflation qui pourrait pousser la BNS à les relever, voire à mettre fin à la politique du taux plancher d'1,20 franc pour 1 euro.

Avec ces nouvelles estimations, l'OCDE rejoint les autres panels d'experts. Ainsi, le Secrétariat d’État à l'économie (SECO) table sur une croissance de +1,8%. La BNS prévoit une croissance comprise dans une fourchette de +1,5 à +2%. L'institut KOF de l'EPFZ table quant à lui sur une croissance de 1,9%.

A plus long terme, l'OCDE est encore plus optimiste pour la Suisse: une croissance de 2,2% est attendue en 2014, et même de 2,7% en 2015.

Perspectives moins favorables à l'international

Avec ces perspectives positives, la Suisse se distingue non seulement de ses partenaires et voisins de la zone euro, mais aussi de plusieurs puissances émergentes pour lesquelles l'OCDE révise à la baisse ses estimations.

Le Brésil et la Russie ont vu leur croissance perturbée ces derniers mois en raison notamment de difficultés financières ou de troubles sociaux. L'impact ne se limite pas à ces seuls pays mais le ralentissement impacte l'économie mondiale: «Les prévisions de croissance mondiales ont été revues en baisse de manière significative en grande partie à cause de perspectives dégradées dans plusieurs pays émergents», note le rapport de l'OCDE.

L'OCDE appelle à l'union bancaire en Europe

Le Brésil encore, mais aussi d'autres pays comme l'Inde, l'Indonésie, l'Afrique du Sud et la Turquie ont souffert du durcissement de la politique monétaire américaine.

Pour consolider la reprise, l'OCDE conseille notamment de supprimer la notion de plafond de la dette aux États-Unis afin d'éviter des tensions et psychodrames inutiles, mais aussi de recapitaliser les banques européennes et d'arriver au plus vite à une union bancaire au sein de la zone euro.

Créé: 19.11.2013, 15h27

Articles en relation

Croissance calme au 4e trimestre, selon l'indice Créa

Conjoncture Le baromètre Créa de l'Université de Lausanne, publié ce jeudi, recule de 0,1 point pour le 4e trimestre: la croissance de l'activité économique devrait être stable d'ici la fin d'année en Suisse. Plus...

Le PIB suisse plus élevé que prévu selon le KOF

Conjoncture Le centre de recherches conjoncturelles KOF de l'Université de Zurich revoit à la hausse ses prévisions de croissance pour 2013 et 2014. Les exportations et l'emploi devraient aussi voir leur situation s'améliorer. Plus...

Le baromètre de la conjoncture suisse en hausse

Croissance Les experts sondés par l'institut d'études conjoncturel zurichois KOF se montrent de plus en plus confiants quant à l'évolution de la croissance en Suisse dans les mois à venir. Plus...

Croissance du PIB en Suisse de 0,5% au 2e trimestre

Conjoncture L'économie suisse continue de résister à la morosité de l'économie mondiale. Le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,5% au 2e trimestre 2013. Plus...

L'OCDE révise ses prévisions de croissance à la baisse

Monde L'OCDE révise à la baisse ses prévisions de croissance pour les grandes économies occidentales, à l'exception du Japon. L'Organisation met en garde contre le risque de «stagnation» en Europe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.