Les offices de tourisme voués à disparaître

VoyageSuisse Tourisme veut valoriser le site internet de la «destination suisse», le premier au monde avec 31 millions de visiteurs.

Le secteur a amorcé une reprise grâce au tourisme intérieur et aux marchés américain et asiatique. (Photo d'illustration)

Le secteur a amorcé une reprise grâce au tourisme intérieur et aux marchés américain et asiatique. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Suisse Tourisme estime que les guichets des 350 offices du tourisme du pays vont disparaître «dans les prochaines années». Un avis partagé par le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet qui s'attend à une redistribution plutôt qu'à une réduction d'emplois du secteur.

«Le nombre d'offices du tourisme va diminuer», a dit dans un entretien à l'ats le directeur de Suisse Tourisme Jürg Schmid, en marge d'une fête mardi à Genève pour les 100 ans de la promotion touristique suisse. Au sein de ces entités, la numérisation va «très rapidement» provoquer la disparition des guichets pour les clients, selon lui.

Pas question pour autant de toucher aux fonctions de promotion et de spécialistes comme les guides dans les destinations touristiques. Face aux nouveaux enjeux technologiques, le directeur, qui se retire en fin d'année, considère comme indispensable un changement de structures.

Fusions ou coopérations

Son président Jean-François Roth s'inquiète quant à lui d'une augmentation de la réglementation. Ce facteur pénalise la liberté opérationnelle, estime l'ancien ministre jurassien.

Selon Jürg Schmid, la réorganisation passera par des «fusions» ou de «nouvelles coopérations» entre les acteurs. Le second scénario semble «plus facile», ajoute-t-il. Présent mardi, Pierre Maudet renchérit et appelle le tourisme suisse, notamment les régions alpines, à rattraper le retard sur le numérique dans la branche avec d'importants investissements à mener.

«Autres types d'emplois»

«Le guichet est là», a dit à l'ats le conseiller d'Etat en montrant son smartphone. Suisse Tourisme veut valoriser le site internet de la «destination suisse», le premier au monde avec 31 millions de visiteurs.

Les technologies ne vont pas aboutir à «moins d'emplois», mais à «d'autres types d'emplois» avec des prestations plus adaptées aux clients, estime Pierre Maudet, qui souhaite un tourisme durable et «généreux». Dans l'hôtellerie notamment, les réceptions seront numérisées et le personnel sera chargé de mettre en oeuvre de plusieurs tâches, davantage qu'actuellement, selon lui.

Le chef du Département de la sécurité et de l'économie (DSE), qui a sillonné la Suisse pour sa campagne au Conseil fédéral, souhaite lui aussi une approche plus intégrée. Entre villes et montagnes notamment, alors que Genève devra selon lui se raccrocher davantage à la candidature pour les Jeux olympiques de 2026.

Le tourisme doit être à la pointe des changements dans la société, dit Pierre Maudet. Et de plaider encore pour un rapprochement entre son canton et la France voisine.

Organe touristique romand

Pierre Maudet serait également favorable à un organe romand du même type que la Greater Geneva Bern area (GGBa) pour la promotion économique. De son côté, Jürg Schmid affirme que le principal défi pour le tourisme suisse sera de maintenir son intensité avec les exigences de personnel.

Le pays a toujours été cher «et nous ne serons plus jamais» peu onéreux, a-t-il dit aux participants. «On ne peut pas demander au marché des prix plus élevés, même si les coûts augmentent.»

Le secteur a amorcé une reprise grâce au tourisme intérieur et aux marchés américain et asiatique. Suisse Tourisme souhaite doubler à 3 millions d'ici à 15 ans le nombre de nuitées de visiteurs chinois. Et après une baisse d'un tiers en raison du franc fort ces dernières années, reconquérir la clientèle européenne. (ats/nxp)

Créé: 27.09.2017, 10h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.