Paris et Berlin jettent les bases d’une refonte de l’euro

EuropeL’Allemagne et la France s'accordent sur le budget de la zone euro et d'une entraide en cas de crise monétaire

Macron et Merkel s'accordent sur le budget de la zone euro et d'une entraide en cas de crise monétaire.

Macron et Merkel s'accordent sur le budget de la zone euro et d'une entraide en cas de crise monétaire. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous commençons une deuxième étape dans la vie de notre monnaie commune», s’est enthousiasmé mardi Emmanuel Macron. Neuf ans après le déclenchement de la crise de l’euro, le président français saluait la «déclaration de Meseberg», une longue liste d’engagements assortis d’échéances plus ou moins précises que Paris et Berlin venaient d’adopter pour tenter de consolider leur monnaie commune. Leur engagement emblématique: la création d’un «budget de la zone euro», proposition faite par le Français dans son très programmatique discours de la Sorbonne sur l’Europe de l’automne dernier.

Que la chancelière allemande s’y rallie est un événement en soi. La crise de ces dernières années a montré les failles de l’union monétaire. L’épargne européenne s’est renationalisée en raison des craintes sur la solvabilité des pays du Sud. Plus de la moitié des investissements en titres de dette publique des compagnies d’assurance européennes est, par exemple, investie dans des obligations du pays où elles sont installées. Et les écarts de richesse entre les pays de la zone euro n’ont fait que croître. D’où la nécessité d’un «approfondissement», qui passe forcément par le transfert d’argent public ou d’épargne privée, entre ses pays membres.

«L’avancée politique est là, mais des questions demeurent», a commenté mercredi le commissaire en charge de l’euro, Pierre Moscovici. Quelle sera la taille de ce budget? Sera-t-il inclus dans le budget actuel de l’Union européenne ou bien séparé? Sera-t-il financé par des ressources autonomes, comme une taxation des transactions financières sur une base limitée, ainsi que le suggèrent les ministres des Finances français et allemand? Des interrogations qui restent sans réponse, sinon que ce budget devrait être en place en 2021.

Scepticisme allemand

Malgré ses imprécisions, la déclaration de Meseberg a immédiatement fait réagir en Allemagne. «Nous avons toujours été très sceptiques au sujet d’un budget pour la zone euro. Simplement parce que c’est une forme de budget additionnel», a expliqué mercredi Markus Söder, le chef de la CSU, le parti conservateur bavarois allié de gouvernement d’Angela Merkel, au quotidien «Süddeutsche Zeitung».

Le nord de l’Europe, très attaché au respect des règles budgétaires, est également réticent à toute augmentation des transferts, fût-ce à partir de 2021, comme le suggère Paris et Berlin. Le sujet sera abordé cette semaine lors d’une discussion entre ministres des Finances des 19 pays membres de la zone euro, jeudi et vendredi à Luxembourg.

Le cadre esquissé cette semaine est une source de soulagement – les deux capitales cherchent à trouver un langage commun depuis des mois – mais, sur le fond, il laisse les experts sur leur faim. «Les Français et les Allemands, déçus par les Européens de l’Est, proposent simplement un budget de la zone euro avec une gouvernance telle que les États décident (ndlr: de la manière dont l’argent sera dépensé). Ils se défient du parlement européen» qui a normalement la haute main sur le budget européen, explique l’économiste Guntram Wolff, du think-tank Bruegel.

Garantie des épargnants

L’autre point clé de l’accord franco-allemand concerne la garantie des dépôts des épargnants. Actuellement, chaque pays doit essentiellement compter sur ses propres forces pour éviter la ruine de sa population en cas de crise bancaire. Paris et Berlin recommandent que le fonds européen dit «mécanisme européen de stabilité», créé en 2012, ouvre une «ligne de crédit» spéciale pour leur venir en aide en cas de coup dur, à concurrence de 60 milliards d’euros. Une manière de prévenir une nouvelle crise de l’euro en cas de crise bancaire, qui sera certainement soutenue par le nouveau gouvernement en Italie, où les créances insolvables restent exceptionnellement élevées.

Mais là encore, Berlin a insisté pour que chaque État dispose d’un droit de veto, ce qui pourrait poser problème en cas d’urgence, les faillites bancaires étant souvent traitées en quelques heures pendant le week-end.

Créé: 20.06.2018, 20h36

La Grèce sort de la crise

Depuis 2010, pas moins de 274 milliards d’euros ont été prêtés à la Grèce, en contrepartie d’une quasi-tutelle économique. Cet épisode est sur le point de se conclure. Les ministres des Finances de la zone euro devraient en effet confirmer jeudi que le pays sortira cet été du programme d’assistance lancé il y a huit ans, après l’adoption de plus de 400 textes législatifs et une cure d’austérité sans précédent. Mais sa solvabilité continue de faire débat, en raison d’une dette supérieure à 170% du PIB et des investissements en berne. Bien que les premiers remboursements de l’aide européenne aient déjà été reportés à 2022, les Européens devront probablement s’entendre sur un nouvel étalement de la dette et sur une ligne de crédit de «précaution». F.A.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...