Paris prend des libertés qui fâchent l'Eurogroupe

MilanLes libertés prises par la France avec la discipline budgétaire ne sont pas du goût de l'Eurogroupe.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a dit qu'il ne fallait pas «détricoter» les règles budgétaires de l'Union européenne (UE).

Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a dit qu'il ne fallait pas «détricoter» les règles budgétaires de l'Union européenne (UE). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Eurogroupe s'emploie tant bien que mal à appliquer sa stratégie de sortie de crise pour relancer une économie de la zone euro à la peine.

Enhardi par les dernières mesures prises par la Banque centrale européenne (BCE) pour stimuler la croissance, le ministre des Finances Michel Sapin a annoncé mercredi que l'objectif de ramener le déficit budgétaire à la norme de 3% du PIB ne serait atteint qu'en 2017. Et ce alors que la France s'était déjà vu accorder un délai supplémentaire jusqu'en 2015 pour l'atteindre.

Des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe) y ont vu rien moins qu'un affront. Certains parmi les Dix-Huit se sont astreints à réduire de copieux déficits pour regagner la confiance des investisseurs.

«La France en a pris pour son grade et bien!», a dit un responsable de la zone euro. Un autre a dit que Michel Sapin n'avait pas été directement montré du doigt «mais les ministres n'étaient vraiment pas contents».

«Point d'ancrage»

Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a dit par la suite qu'il ne fallait pas «détricoter» les règles budgétaires de l'Union européenne (UE).

Le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem a déclaré que «le Pacte de stabilité et de croissance doit représenter un point d'ancrage de la confiance dans l'UE». Il a également dit que la situation budgétaire française n'avait pas fait l'objet de discussions particulières.

Même si les économistes doutent de la pertinence d'une politique d'austérité en un moment où la croissance fait défaut, la France, en tant que deuxième économie de la zone euro, était a priori censée montrer l'exemple de l'orthodoxie budgétaire.

C'est d'autant plus irritant pour les ministres que la performance économique de la France a été en 2013 supérieure à ce qu'attendait la Commission européenne. La croissance a atteint 0,3% au lieu d'une contraction de 0,1% prévue.

Michel Sapin s'est abstenu de tout commentaire sur la question. Mais le ministre de l'Economie espagnol Luis de Guindos a déclaré que la France ne réclamait pas de traitement de faveur.

Peu de réformes

La France et l'Italie réclament une interprétation plus souple du Pacte de croissance et de stabilité, arguant des efforts déployés pour réformer leur économie. Mais pour certains responsables européens, la France n'a guère conduit de réformes depuis le sursis accordé en juin 2013.

Les pays de la zone euro doivent à présent soumettre leurs projets de Loi de finances de 2015 à la Commission européenne et les ministres se réuniront à nouveau en novembre pour décider de la marche à suivre avec la France.

La question française a plombé une réunion de l'Eurogroupe qui était censée réfléchir sur les moyens de relancer une économie de la zone euro qui a stagné au deuxième trimestre et qui risque de subir sa troisième récession depuis 2008.

Programme d'investissement

Le futur président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker veut lancer un programme d'investissement de 300 milliards d'euros (362,9 milliards de francs). Le crédit pratiquement gratuit servi par la BCE aux banques ne peut à lui seul résoudre les problèmes structurels des économies de la zone euro.

Selon un document franco-allemand qui doit être discuté par les ministres à Milan, l'investissement productif a diminué de 15% en 2013 dans la zone euro par rapport à ce qu'il était avant la crise de la dette de 2010.

Jyrki Katainen, qui sera chargé des politiques de croissance au sein de la nouvelle Commission, estime qu'il faut dépenser l'argent public différemment: l'orienter vers ce qui crée de la croissance et de l'emploi, comme les travaux publics, la recherche et l'innovation. «Sans réformes, pas de croissance», a-t-il dit. «Aucun pays ne peut se défausser face au défi de la réforme».

L'une des possibilités est de créer un marché pan-européen où les PME puissent lever des fonds, selon un document préparé pour la réunion Ecofin (ministres des Finances de l'UE) de samedi. (ats/nxp)

Créé: 12.09.2014, 19h10

Articles en relation

Merkel soutient le candidat espagnol à la tête de l'Eurogroupe

Politique économique En visite en Espagne, la chancelière Angela Merkel a annoncé que l'Allemagne va soutenir la candidature du ministre espagnol de l'Economie, Luis de Guindos, comme futur président de l'Eurogroupe. Plus...

La Grèce aura probablement besoin d'une «aide supplémentaire»

Crise de la dette «Les problèmes de la Grèce ne seront pas résolus d'ici 2014», a souligné Jeroen Dijsselbloem. le patron du forum des ministres des Finances de la zone euro. Plus...

Hollande et Merkel affichent leur entente sur l'Europe

Paris Angela Merkel et François Hollande ont affiché à Paris leur volonté de renforcer compétitivité et croissance en Europe. Ils se sont prononcés pour un renforcement de l'eurogroupe et des mesures pour l'emploi. Plus...

Dernière nuit de négociations pour sauver Chypre

Crise Les discussions étaient difficiles dimanche à Bruxelles entre les autorités chypriotes et les bailleurs de fonds internationaux pour éviter au pays une faillite voire une sortie de l'euro. Plus...

La zone euro veut aider Chypre à remanier son économie

Crise de la dette Le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem a déclaré lundi que les ministres des Finances de la zone euro étaient prêts à aider Chypre à remanier totalement son économie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...