Paris veut profiter des difficultés de Londres

Places financièresLa capitale française se profile pour attirer à elle les acteurs financiers déroutés par le Brexit.

Illustration

Illustration Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Paris voit dans le Brexit l’occasion ou jamais de remonter dans le palmarès de la finance internationale. «Nous devons nous mobiliser pour faire de Paris la capitale du financement de la zone euro», a martelé Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace, dans un entretien au journal Les Echos, rapporte l’AFP. «Si nous ne profitons pas de cette chance, d’autres pays européens le feront», a-t-il prévenu. «On peut s’attendre à ce que les cartes soient rebattues pour la place financière de Paris», expliquait, quant à lui, Gérard Rameix, président de l’Autorité des marchés, au lendemain du Brexit.

Pas sûr que ces appels soient entendus. Mais pas pour les raisons évoquées jusqu’à présent. A savoir que Londres perdra son rôle de porte d’entrée sur le marché européen pour les acteurs de la finance, une fois le divorce avec l’Union européenne (UE) consommé. Une activité que d’autres places pourraient lui prendre. Une personne proche des milieux bancaires suisses explique en effet que «Londres est la première place financière du monde et pourrait le rester, non pas parce qu’elle fournit un «passeport européen» aux acteurs qui y sont présents, mais parce qu’elle est leader dans tout ce qui est lié au marché international des capitaux (banque d’investissement, devises, produits dérivés, etc.). Le Brexit n’y changera rien, pour autant que les conditions de travail à Londres soient toujours satisfaisantes.»

En Europe, ce rôle dans la finance internationale est aussi prêté non pas à Paris, mais plutôt à Francfort, ou au Luxembourg, deux places occupant respectivement le 14e et 19e rang mondial, nota bene, toutes derrière Genève (13e rang) et Zurich (7e, et 2e en Europe), selon le dernier classement du Global Financial Centres Index. N’en déplaise à nos voisins, Paris arrive dans ce palmarès à la 37e place des plus importantes places financières dans le monde, coincée entre Amsterdam et Varsovie. Un écart qui semble difficile à combler d’un coup.

Créé: 30.06.2016, 08h04

Articles en relation

Impact négatif limité du Brexit sur les horlogers

Suisse Le choc de la sortie du Royaume-Uni de l'UE a secoué les marchés financiers et les valeurs du luxe n'ont pas échappé à la pression. Plus...

Les financiers chinois confiants après le Brexit

Sommet économique Investisseurs, patrons et officiels chinois se montrent peu inquiets. Certains entrevoient même des opportunités. Plus...

Les compagnies souffrent des répercussions du Brexit

Aviation EasyJet avertissait lundi s’attendre à un chiffre d’affaires en baisse d’au moins 5% sur le second semestre par rapport à 2015. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.