Pour les pétroliers, le climat au Salon est électrique

AutomobileConfronté à un secteur en pleine mutation, l’Union pétrolière s'installe pour la première fois de son histoire au Salon de l’auto.

Après avoir fait l’apologie des biocarburants ces dernières années, l’Union pétrolière semble en train de prendre fait et cause pour l’hydrogène.

Après avoir fait l’apologie des biocarburants ces dernières années, l’Union pétrolière semble en train de prendre fait et cause pour l’hydrogène. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À Palexpo, au milieu de la Halle 6, un petit stand se dresse sous le panneau «Erdöl Vereinigung», en français «l’Union pétrolière». Il fait face à la marque anglaise Jaguar et sa toute nouvelle I-Pace, un splendide SUV 100% électrique. Tout un symbole! C’est en effet dans un climat particulièrement électrique que le principal défenseur des importateurs d’énergies fossiles et des stations-service fait sa toute première entrée au salon célébrant la voiture durant une dizaine de jours à Genève.

«Étant donné les changements majeurs vécus ces derniers mois par l’industrie automobile, nous avons estimé que notre présence était devenue inévitable», explique son président, Daniel Hofer. Selon ce dernier, l’Union pétrolière aurait d’ailleurs déjà voulu exploiter un stand durant l’édition précédente. Mais pour des questions de planning, le projet aurait finalement été repoussé d’une année.

Dans une période où la vindicte populaire contre le diesel et la lutte contre les émissions de CO2 s’accentuent de jour en jour, cette présence des pétroliers au Salon de l’auto n’est pas anodine. Car même si l’association assure être prête à s’adapter à la demande de ses clients et à revoir ses prestations si nécessaire, elle s’oppose à la politique énergétique défendue à Berne. Suite à la conférence pour le climat à Paris, elle avait par exemple contesté l’objectif que la Suisse s’était fixé: une réduction de 50% des émissions de CO2 d’ici à 2030.

En faveur de l’hydrogène

Après avoir fait l’apologie des biocarburants ces dernières années, l’association semble en train de prendre fait et cause pour l’hydrogène. À Palexpo, le lobby montre ainsi sur son stand la manière de faire le plein de cette ressource. «Nous voulions présenter une alternative au tout-électrique. L’hydrogène est d’autant plus intéressant pour nous qu’il propose un modèle de consommation très proche de l’essence. À l’inverse des véhicules 100% électriques, qui mettent beaucoup de temps pour se recharger, faire un plein d’hydrogène ne demande pas plus de trois à quatre minutes», explique Daniel Hofer.

Voilà qui est prometteur sur le papier, mais il faut tenir compte d’un bémol: le caractère peu pratique de l’hydrogène. Les constructeurs sont encore rares à s’intéresser à cette technologie. Trois marques, toutes asiatiques, proposent actuellement un modèle roulant à l’hydrogène. Hyundai présentait d’ailleurs en avant-première sa petite dernière à Palexpo: un SUV hybride baptisé Nexo.

À cela s’ajoute la problématique de l’approvisionnement. Les endroits donnant accès à cette ressource sont rares en Europe. En Suisse notamment, il est difficile de faire un plein d’hydrogène puisque seule Coop exploite pour le moment une station-service adaptée à cette ressource.

La fin du roi pétrole

«Aujourd’hui, personne ne sait vraiment quelle énergie finira par prendre l’ascendant sur le pétrole», tient à rappeler le président de l’Union pétrolière. Seule certitude – même si certains s’écharpent encore sur le calendrier – l’or noir et les autres énergies fossiles finiront par être détrônés.

BP, dans un récent rapport, parle ainsi de la fin du pétrole roi d’ici à 2040. La major britannique s’attend d’ailleurs à un marché de l’énergie totalement inédit. «Nous assisterons au mixte énergétique le plus diversifié de l’histoire», assurait aux Échos Spencer Dale, l’économiste en chef de BP.

Malheureusement, malgré un essor continu des énergies propres, la demande en or noir devrait continuer de progresser en valeur absolue, et cela jusqu’en 2035, année où la demande atteindra un pic, estime BP. Qu’ils soient présents ou non aux prochains Salons de l’auto, les promoteurs suisses de l’or noir devraient encore avoir quelques belles années devant eux. (24 heures)

Créé: 15.03.2018, 10h14

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Articles en relation

Suivez notre visite du 88e Salon de l'Auto

Direct Notre journaliste Sylvain Muller vous guide à travers le grand rassemblement de l'automobile. Plus...

Le Salon de l’auto se joue aussi au bord du lac

Automobile Week-end de rêve pour les amateurs de belles voitures. Devant l’hôtel des Bergues à Genève, une Ferrari en version limitée assure le spectacle. Plus...

Le Salon de l’auto se veut de plus en plus ludique

Transport Réalité virtuelle, séance photos ou jeu vidéo… Les attractions pour attirer les visiteurs se multiplient sur les stands de Palexpo. Plus...

La fée Électricité s’immisce sur les stands du Salon de l’auto

Transport A Genève, cette 88e édition fait surtout la part belle aux modèles hybrides, les véhicules 100% électriques restant peu nombreux. Reportage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...