Passer au contenu principal

La peur de la bulle ravive la pression sur les banques

Bien que freinée, la croissance des prêts hypothécaires reste forte, à l’exemple de Raiffeisen. La réalité du danger fait toutefois débat.

«Les prix des maisons et les hypothèques souscrites par les ménages ont affiché une croissance exceptionnelle au regard de la faiblesse de la conjoncture.» La semaine dernière, les experts d’UBS ont tiré la sonnette d’alarme à la vue de la hausse marquée de leur indice des bulles immobilières. Cette annonce contraste avec la sérénité générale des banques qui annoncent tour à tour une croissance «modérée» des crédits hypothécaires, à l’exemple du groupe Raiffeisen hier. Pourtant, si la progression des prix dans le secteur devait continuer de dépasser la hausse du produit intérieur brut (PIB), les banques pourraient se retrouver à nouveau sous pression de la BNS, malgré les mesures anticycliques déjà introduites ces trois dernières années (obligeant notamment les banques à renforcer leurs fonds propres).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.