Passer au contenu principal

La peur du virus s’immisce au sein des multinationales

De la SGS au Credit Suisse en passant par UBS, des cordons sanitaires sont mis en place. En Chine, crainte d’un ralentissement brutal de l’activité.

À Pékin, les rues commerçantes d’habitude grouillantes de monde sont désertes.
À Pékin, les rues commerçantes d’habitude grouillantes de monde sont désertes.
Getty Images / Kevin Frayer

Dans les bureaux de tous les grands groupes présents en République populaire de Chine, l’inquiétude monte depuis le début de la semaine. Non seulement en raison des conséquences que pourrait avoir l’épidémie de coronavirus sur leur activité dans la deuxième plus grande économie au monde. Mais également sur ses effets – humains – au sein de leurs propres rangs.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.