Passer au contenu principal

Pictet accusé en Allemagne de favoriser l'évasion fiscale

Le magazine Spiegel reproche à la banque privée genevoise d'aider les contribuables allemands à se soustraire à l'impôt en utilisant une faille juridique. Pictet récuse ces accusations et nie tout rôle actif.

Le siège de la Banque Pictet & Cie, à Genève.
Le siège de la Banque Pictet & Cie, à Genève.
Keystone

La banque genevoise Pictet & Cie offre-t-elle à ses clients allemands un produit qui leur permet de profiter d'une faille du système fiscal? Telle est la question que rapporte mardi le Tages-Anzeiger en écho à une thèse avancée par le magazine allemand Der Spiegel.

Dans sa dernière édition, l'hebdomadaire soutient - sur la base d'indications recueillies auprès du Tribunal du travail de Francfort où Pictet est actuellement en procès contre un ancien employé - que la banque a vendu de nombreux «Gold-Bonds» à des contribuables allemands. Ces derniers se seraient vus proposer, selon Spiegel, d'investir un montant, de 1 million d'euros par exemple, dans une société londonienne spécialisée dans les opérations en or.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.