De plus en plus de sociétés vaudoises ont besoin d'aide

Promotion économiqueSi l'économie vaudoise s'est avérée stable dans son ensemble en 2015, le SPECo a toutefois dû apporter son soutien à 228 PME

Le conseiller d’Etat Philippe Leuba. Photo d'archive.

Le conseiller d’Etat Philippe Leuba. Photo d'archive. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Comme le disent les Vaudois, j’ai plutôt été déçu en bien par le bilan économique du canton en 2015». Lundi matin, en introduisant de la sorte la présentation des activités de la promotion économique vaudoise, le conseiller d’Etat Philippe Leuba tentait de donner le ton: Vaud est parvenu à résister au franc fort.

Sans nier que certaines difficultés sectorielles réelles se sont multipliées tout au long de l’année, le chef du Département de l’économie et du sport assure en effet que «ses craintes initiales, survenues une fois tombée l’annonce de la BNS concernant la fin du taux plancher entre l’euro et le franc, étaient pires». C’est d’ailleurs à cette unique décision que le conseiller d’Etat attribue la baisse de 2,6% des exportations du canton en 2015, situation qui n’était plus survenue depuis 2009.

La force de l’innovation

Cette situation n’aura pas empêché le PIB vaudois de terminer l’année en hausse de 0,9%. La diversification du tissu économique et l’innovation restent donc les deux mamelles de la stabilité du canton. «Au vu de la multiplication des start-up dans le canton, cette stratégie commence à porter ses fruits», affirme Philippe Leuba en citant notamment les quelques structures de soutien à l’innovation telles qu’Innovaud, la Fondation pour l’Innovation Technologique (FIT) ou encore Genilem.

Paradoxalement, si l’Etat est présent pour donner l’impulsion de départ, ce dernier s’avère absent au moment où les jeunes pousses cherchent des fonds plus importants. «Le rôle du canton n’est pas de prendre le risque d’investir de l’argent public dans le capital d’une start-up ou d’une petite PME», répond Philippe Leuba. «Si on ne peut nier le fait que nous manquons de fonds d’origine suisse, il ne faut pas non plus noircir le tableau. Si certaines start-up finissent par partir, d’autres restent et conservent des liens avec la Suisse», prétend Raphaël Conz, responsable de l’Unité Entreprises au Service de la promotion économique et du commerce (SPECo).

Un besoin croissant de soutien public

Sur le plan du soutien aux entreprises (hors start-up), le bilan est par contre plus contrasté. De plus en plus de sociétés vaudoises nécessitent le soutien du canton. En 2015, le SPECo a accordé 582 aides directes à 228 PME, soit bien plus que les 358 soutiens apportés en 2011. En comparaison annuelle, cela correspond à une augmentation de 23% du nombre d'aides.

Avec la création de son fonds de soutien à l’industrie, le canton a d’ailleurs franchi un pas supplémentaire dans le soutien à son tissu industriel. Actif formellement depuis le 1er février, Philippe Leuba en a présenté lundi matin les premiers résultats. Pour le moment, 29 demandes ont été déposées représentant pour 15,5 millions d’investissements, dont 2,4 millions d’aides publiques.

La situation reste également plus compliquée en ce qui concerne la promotion économique exogène du canton. En 2015, 33 entreprises étrangères se sont implantées dans le canton, soit moins que la moyenne des deux dernières années (36 sociétés). En termes de création d’emplois surtout le niveau reste bas. «Il est clair que les résultats atteints sont loin de ceux remontant à une dizaine d’années, cette période faste où de nombreuses multinationales installaient leur quartier général chez nous», regrette Jean-Frédéric Berthoud, directeur du Développement économique vaudois (DEV).

Créé: 25.04.2016, 15h19

Articles en relation

De jeunes pousses suisses tentent le «rêve américain»

Start-up Vingt sociétés s’envoleront en juin en direction des Etats-Unis afin d’y accélérer leur développement. Plus...

La start-up eSmart remporte le Prix Strategis-HEC

Récompense La jeune société a remporté la 22e édition du prix lausannois ainsi que le chèque de 50'000 francs qui l’accompagne. Plus...

«Ce fonds est un outil pour défendre l'emploi dans le canton»

Vaud Un fonds de 17, 5 millions vient en aide au secteur industriel qui souffre du franc fort. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.