Porsche parie sur les pare-brise WayRay

Assistances à la conduiteLa PME zurichoise venue de Lausanne vient de décrocher 80 millions. Et veut devenir le numéro un des tableaux de bord «tête haute».

L’affichage holographique développé par WayRay permet notamment de projeter les données à hauteur des yeux du conducteur.

L’affichage holographique développé par WayRay permet notamment de projeter les données à hauteur des yeux du conducteur. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Née en Russie en 2012, installée à Lausanne durant quatre ans, Way Ray a transféré son siège à Zurich cette année. Mardi, ce concepteur de systèmes d’affichage «tête haute» pour tableaux de bord a annoncé avoir réussi à convaincre plusieurs industriels de lui apporter 80 millions de dollars. Ces moyens financiers, qui s’ajoutent à la trentaine de millions rassemblés en six ans, serviront à lancer l’industrialisation des appareils de cette PME de 250 employés.

L’identité des nouveaux parrains de ce spécialiste de «l’affichage holographique en réalité augmentée» apparaît aussi cruciale que le nombre de millions obtenus. Porsche et Hyundai en tête. Mais également les géants chinois AliBaba – qui remet au pot – et China Merchant Capital ou le fabricant d’appareils électroniques JVC-Kenwood. Autant de noms qui riment avec futurs utilisateurs. Mais également avec futures usines en Chine.

Les révolutions technologiques commencent souvent par des prototypes de science-fiction. Cela a longtemps été le cas avec la voiture autonome. Aujourd’hui, le concept entre de plain-pied dans le tunnel de la production de masse, de la sous-traitance des fonctions distinctes de ces futurs véhicules. De l’industriel, du trivial, destinés à faire de la robot-voiture non plus une soucoupe volante mais… une Opel.

Les rois de l’illusion optique

WayRay participe à cette évolution en mettant au point un système d’affichage couvrant une large partie du pare-brise, afin d’afficher des informations venant compléter en temps réel le champ de vision du conducteur. La botte secrète? Les brevets de ses chercheurs en ingénierie optique et en projection holographique – notamment un film plastique de «photo-polymère» insérable dans les pare-brise. WayRay dit être en contact avec les grands fabricants de vitrage automobile à ce sujet.

Cette nouvelle génération des «head-up display» est appelée à succéder aux systèmes équipant les véhicules actuels – un rétroprojecteur éclairant une simple plaque transparente dressée sur le tableau de bord. «Du côté de la Silicon Valley, les start-up dédiées à la réalité augmentée se sont focalisées sur les appareils portables – du type visiocasques – et je ne vois personne à même de nous concurrencer avant au moins cinq ans», assure Vitaly Ponomarev, le patron de WayRay.

Usine en Allemagne achevée

L’enfer, c’est l’industrialisation, s’est récemment plaint Elon Musk, patron de Tesla. Au tour de WayRay d’y plonger. La société se chargera en effet d’assembler le système de projection laser de ses afficheurs, différent pour chaque modèle de véhicule. Une usine pilote construite de l’autre côté de la frontière allemande – à quarante minutes du siège zurichois – verra ses chaînes monter en cadence à la fin de l’an prochain afin de livrer «un premier constructeur européen».

WayRay assure être déjà en discussion avec «une trentaine de marques ou fournisseurs». Premiers contrats signés «en fin d’année». Porsche et Hyundai font partie du lot. L’usine du Bade-Wurtemberg «servira à tester des petites séries de 70 000 pièces par mois, destinées à des véhicules haut de gamme», décrit le jeune patron. La production de masse de certains composants sera, elle, confiée à des usines en Europe de l’Est et en Chine. L’idée est de produire plus de 1,5 million d’appareils au cours des années 2020 et 2021. À titre de comparaison, une marque comme BMW vend 2 millions de voitures par an.

Pourquoi les équipementiers comme Valeo, Bosch ou Delphi – qui fabriquent des pans entiers des véhicules – ne viendraient-ils pas avec leur propre version? «Cela fait vingt ans qu’ils tentent de le faire, sans compter qu’ils se satisfont souvent d’acheter les produits hyper-technologiques à d’autres, ou au besoin d’avaler une société; nous sommes en réalité leur fournisseur», répond Vitaly Ponomarev.

1,5 milliard de ventes prévues

Le patron de WayRay dit être capable de produire son équipement à un prix «comparable aux systèmes d’affichage tête haute actuels». Soit, suivant les modèles, entre 500 et plus de 1000 dollars pièce. Ce qui laisse imaginer des ventes de 1,5 milliard de dollars sur les deux premières années de production.

«L’idée n’est pas de se limiter à l’assistance à la conduite mais de fournir des écrans transparents sur lesquels tout peut être projeté – par exemple pour des trains ou des véhicules autonomes», explique celui qui reste l’actionnaire majoritaire de sa société. Son entourage assure que WayRay vaudra un milliard de dollars dès la fin de l’an prochain, alors qu’elle touchera ses premiers profits. Le type de société que la Silicon Valley appelle une «licorne». (24 heures)

Créé: 18.09.2018, 22h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.