«La pression des actionnaires augmente»

Bourse SuisseSelon le président de SIX Group, le modèle «propriétaires-clients» de la Bourse suisse conduit parfois à des situations difficiles.

Alexandre Zeller, actuel président du groupe de la Bourse suisse SIX.

Alexandre Zeller, actuel président du groupe de la Bourse suisse SIX. Image: Michel Perret

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'infrastructure financière de la Suisse, constituée par le groupe SIX (qui englobe la Bourse suisse), souffre en ce moment de son organisation en actionnaires-clients, pratiquement unique dans le monde. «Les banques, nos propriétaires et clientes tout à la fois, se trouvent actuellement sous pression afin d'améliorer davantage leurs marges, et elles nous transmettent cette attention redoublée portée à leur rentabilité», explique le président de SIX, Alexandre Zeller, lors d'un repas avec les médias à Zurich.

«SIX doit trouver un consensus parfois pas toujours évident à dessiner entre les intérêts de ses propriétaires et les siens», précise Alexandre Zeller en aparté. Le groupe est la propriété à 30,1% d'UBS et de Credit Suisse, puis à 19,3% des banques étrangères, à 14,9% des banques commerciales et de gestion, et à 13,9% des banques cantonales, pour ne citer que les actionnaires les plus importants.

Bonne année 2014

Cet ancien banquier bien connu en Suisse romande pour avoir dirigé la Banque Cantonale Vaudoise (de 2002 à 2008), puis HSBC Private Bank Suisse à Genève (de 2008 à 2012), n'en affirme pas moins que le groupe qu'il préside depuis fin mai 2013 «signera une bonne année 2014». SIX a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 1,6 milliard de francs, et un bénéfice net de 210,2 millions. Il emploie 3777 collaborateurs (plein temps).

La stratégie du groupe suit trois axes prioritaires: la chaîne suisse de création de valeur, intégrant le négoce effectué à la Bourse suisse et les prestations relatives à l'après-négoce, (qui «doit être d'une robustesse à toute épreuve»), l'augmentation de la compétitivité («pour gagner des volumes à l'international, ce qui est extrêmement important»), et l'innovation («d'avantage axée sur les besoins des clients-propriétaires, les banques»).

Part en hausse dans les transactions à haute fréquence

Dans le domaine de l'innovation, la Bourse suisse «ne réalise que 15% de son volume dans les transactions à haute fréquence en 2013, mais cela devrait être un pourcentage plus élevé sur l'année en cours», poursuit le président de SIX. Il explique que cette part est «bien plus importante aux Etats-Unis, car ce pays a dû garder un nombre très important de Bourses, ce qui permet de réaliser des opérations d'«arbitrages» entre elles au moyen des transactions à haute fréquence».

Le groupe a réussi à fortement améliorer la rentabilité de son activité dans les données financières sur les entreprises et les titres, ce qui le place «parmi les leaders mondiaux dans ce domaine avec des entreprises comme Bloomberg, Reuters et International Data Corporation (IDC)».

Prix pour des acquisitions trop élevé

SIX «s'intéresserait à acquérir des affaires dans les indices, mais les prix actuels sont extrêmement élevés», explique encore le président de SIX.

Alexandre Zeller regrette que «la mise en vente d'Euronext (les Bourses d'Amsterdam, Bruxelles et Paris) n'ait pas abouti à une consolidation de la branche», car la plateforme est restée indépendante. SIX avait lancé une offre d'achat, qui n'a pas réussi.

Créé: 14.11.2014, 13h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.