Le prix du baril chute de 45%. Et le gaz de chauffage?

EnergiesEn un an, le gaz n’a baissé que de 16%. Minergie défend un pellet de bois «moins coûteux».

Un ouvrier contrôle des barils de pétrole dans une raffinerie.

Un ouvrier contrôle des barils de pétrole dans une raffinerie. Image: archives Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un baril de pétrole brut à moins de 30 dollars… Il y a encore quelques mois, cette hypothèse en aurait fait sourire plus d’un. Imaginer que l’or noir puisse, à nouveau, être si bon marché relevait alors de l’utopie. Et pourtant. Lundi, le brut a frôlé le seuil des 30 dollars, soit une plongée de plus de 45% en un an. Et certains analystes ne s’interdisent désormais plus de l’imaginer à 20 dollars dans un avenir proche.

Le gaz naturel peine à baisser

Cette chute apparaît d’autant plus spectaculaire que le prix du gaz naturel ne s’est contracté, lui, que de 16% durant le même laps de temps. «Il faut comprendre que la corrélation entre les deux sources d’énergie (ndlr: 80% du gaz suisse romand est, en partie, indexé sur le prix du pétrole) n’évolue pas dans de semblables proportions, explique Philippe Petitpierre, président et administrateur-délégué d’Holdigaz. Mais si les baisses apparaissent moins spectaculaires, il en va de même lors des hausses.»

Cette corrélation n’est surtout pas immédiate, mais nécessite d’être toujours aussi patient. Il faut en effet attendre en moyenne entre 6 à 9 mois pour voir s’adapter le prix du gaz naturel (pour la partie indexée aux prix du pétrole). Sur le long terme, toutefois, au dire du patron d’Holdigaz, «depuis les années 1970, sur des périodes de quinze ans d’affilée (ndlr: durée de vie moyenne d’une installation de chauffage), le gaz s’est finalement toujours avéré moins cher que le pétrole».

Le potentiel du pellet

Malgré la chute du prix de l’or noir et du gaz naturel, une troisième source énergétique se dessine en Suisse, «le pellet de bois». Il a en tout cas su gagner les faveurs de Martial Bujard, le directeur de Minergie Suisse romande et du bureau EHE (pour Energie, Homme et Environnement). «Sous la forme de granulés de bois, le pellet a l’avantage de fonctionner comme le mazout. Une recharge peut ainsi alimenter votre chaudière durant une année.»

Plus cher au départ, l’infrastructure nécessitant d’importants investissements, le pellet serait, selon Martial Bujard, une piste intéressante et moins coûteuse sur le long terme au vu de son prix actuel et du fait qu’il n’est pas soumis à la taxe CO2.

Propriétaires et locataires

Du côté de la Fédération romande immobilière (FRI), aucune recommandation n’est en tout cas fournie sur l’une ou l’autre de ces sources d’énergie. «Nous suivons de près la manière dont évolue à Berne le dossier «Energie 2050», ainsi que les mesures qui le composent», donne-t-elle pour seule réponse.

A l’Association suisse des locataires (Asloca), son secrétaire général adjoint, Pierre Zwahlen, indique n’avoir «aucune information sur une baisse significative du prix du chauffage» en lien avec celle du prix du pétrole ou du gaz naturel. «Un hiver rigoureux a généralement plus d’impact sur les charges versées par les locataires que sur les coûts en énergie», assure-t-il. Ces derniers ne devraient donc pas, pour le moment, bénéficier de la chute des cours du pétrole.

Créé: 13.01.2016, 08h19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.