Passer au contenu principal

Le prix du courant va baisser pour les ménages

La Commission fédérale de l’électricité cherche à faire réduire les factures des PME.

Entreprises au ralenti ou à l’arrêt, transports sporadiques, activités touristiques et événementielles annulées: quand un pays décélère, la consommation d’électricité fléchit également, en bonne logique. Selon l’Office fédéral de l’énergie, la demande a baissé de 10% à 30% en moyenne selon les régions. Même si elle est aussi imputable à d’autres facteurs, tel qu’un hiver plutôt doux par exemple – et venteux, ce qui a favorisé l’énergie éolienne –, les conséquences de la pandémie sont perceptibles et vont probablement s’accentuer dans les semaines à venir.

Le secteur de l’industrie représente 30% de la consommation à lui seul, et les transports 8% (selon les chiffres 2018). Les prestations et services consomment quant à eux 27% de la production, quand les ménages représentent la plus grosse part, avec 33%. «Selon toute probabilité, la consommation des ménages va légèrement augmenter», avance Valérie Bourdin, porte-parole de l’Association des entreprises électriques suisses (AES). Mais pas assez pour compenser. Les producteurs d’énergie font donc face à une surcapacité. «En raison d’une forte baisse de la demande dans les pays limitrophes, et de la chute des prix du CO2, les prix sur les marchés de gros de l’électricité ont fortement diminué depuis la mi-février», indique Christel Varone, porte-parole du groupe Alpiq.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.