Professionnellement, la Suisse se maintient au sommet

TravailLe classement réalisé par l’IMD reste largement sous domination européenne malgré un fort décalage entre le nord et le sud.

Le siège de la Haute École de management, l’IMD, à Lausanne. Ses experts ont placé la Suisse en tête du classement mondial de la compétitivité professionnelle.

Le siège de la Haute École de management, l’IMD, à Lausanne. Ses experts ont placé la Suisse en tête du classement mondial de la compétitivité professionnelle. Image: Christian Brun

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La compétitivité. Depuis des années, ce mot a une cote d’enfer. En Suisse tout au moins, au vu du nombre de domaines où le pays excelle. En termes de compétences professionnelles, la Suisse caracole depuis des années en tête d’un classement établi par l’IMD. Malgré les défis successifs, tant politiques que conjoncturelles, elle domine toujours, professionnellement parlant, le reste du monde.

Les experts de la Haute École de management (IMD) basée à Lausanne mentionnent des arguments classiques pour justifier leur classement tels que l’excellente qualité de l’apprentissage et de la formation universitaire en Suisse, la possibilité d’y gagner un salaire des plus corrects (malgré le coût élevé de la vie) ou encore d’y être correctement soigné.

Pénurie de main d’œuvre

Ces derniers font également allusion à la capacité de la Suisse à attirer des travailleurs étrangers hautement qualifiés. Seul bémol, ils ne prennent pas en compte les nombreuses alertes apparues ces derniers mois sur les risques croissants de pénurie. Au mois d’août, UBS livrait pourtant des chiffres édifiants sur l’évolution à attendre dans la décennie à venir. Sur le demi-million de nouveaux postes attendus, le manque de bras suisses devrait largement dépasser la moitié.

Si la Suisse reste attractive pour les cadres et les chercheurs à salaires élevés, la situation s’avère beaucoup plus difficile pour les collaborateurs à qualifications plus réduites. Cette même situation est par ailleurs déjà très tendue pour certains, à l’exemple des CFF, qui manquent de conducteurs de train et qui viennent d’annoncer une augmentation de salaire annuel de formation de 10 000 francs pour atteindre les 52 500 francs par an. Pour la régie fédérale, il y a urgence étant donné qu’elle va aussi devoir gérer le départ à la retraite d’un millier de ses chauffeurs dans les cinq années à venir.

L’IMD répond ne pas en tenir compte car elle souhaite «refléter l’état actuel de la compétitivité des talents», mais confirme que son classement devrait «être adapté si l’économie suisse ne réussit pas à s’adapter pas à cette situation».

Cliquer ici pour agrandir

Fossé entre Nord et Sud

Au vu des mauvaises places des pays voisins dans le classement présenté lundi, la Suisse pourra éventuellement jouer de son attractivité et réitérer ce qu’elle faisait à l’époque, où des milliers de travailleurs du Sud venaient combler les trous de nombreux champs d’activité.

Un fossé se dessine en effet entre le Nord et le Sud de l’Europe en termes de compétitivité professionnelle. Italie, Espagne, Portugal sont en effet bien loin des pays nordiques, dont six arrivent dans le top 10. José Caballero, économiste senior de l’IMD, attribue cette différence à «l’équilibre que les pays du Nord sont parvenus à trouver entre l’offre et la demande de talents correspondant aux besoins de l’économie». Comme pour la Suisse, ces pays ont su adapter leur programme de formation au contraire de certains autres États plus au sud de l’Europe.

Dans le top 10, un petit pays nuit à une domination complète de l’Europe: Singapour. Même si d’un point de vue professionnel, la cité-État a encore du potentiel d’amélioration, d’un point de vue global, en termes de compétitivité, elle s’est hissée à la première place en 2019. En mai, l’IMD l’a placée en tête de son classement annuel, devant les États-Unis. Quelques mois plus tard, celui établi par le World Economic Forum aboutissait au même résultat. L’ensemble des experts s’accorde à dire que la bataille commerciale qui a opposé Washington à Pékin a joué en défaveur de la première puissance économique mondiale.

Créé: 18.11.2019, 17h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 11 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...